Magnette, un politiste au pouvoir (en Wallonie)

Ce billet est une accolade appuyée à Paul Magnette, politiste et dirigeant belge socialiste du gouvernement de Wallonie. Pour le contexte de l’accolade, voyez ci-dessous :

Et en français, voir aussi ce papier de Gaël Brustier dans Le Figaro (faîtes une exception) : « Mais qui est Paul Magnette, l’homme qui dit non au CETA ? » – et pour les abonnés du même canard, il y a aussi un article de Natacha Polony sur le sujet.

Si vous avez été étudiant à Sciences Po, en particulier dans la première moitié des années 2000, il est à peu près certain que vous avez « lu du Magnette » ; son ouvrage Le régime politique de l’Union européenne, en particulier, est une référence que l’on continue de donner aux étudiants, et sa bibliographie contient plein d’autres lectures recommandées pour comprendre ce que sait Magnette de l’Europe.

J’entends régulièrement parler de Paul Magnette parce que j’écoute la RTBF La Première à mes heures lilloises. Il y a quelques semaines, on parlait déjà beaucoup de lui au sujet de la fermeture d’une usine (Caterpillar) dans sa région.

Mais au fait… il y un parlement en Wallonie ?

… Mais au fait, soyons honnête, et profitons de l’occasion pour nous instruire un peu : qui connaît le fonctionnement du gouvernement belge, qui permet à une région de poser un veto sur un traité commercial international ? Quelques repères ci-dessous.

La Wallonie, ou Région wallonne, est une région francophone et germanophone mitoyenne du Nord de la France, du Luxembourg et de l’Allemagne (et d’un petit bout des Pays-Bas), et qui couvre, grosso modo, la moitié sud de la Belgique, où vit un petit tiers de la population belge.

La Wallonie – dont j’ai toujours souhaité qu’en cas d’éclatement du Royaume de Belgique, on puisse l’intégrer à la France, et en profiter pour revendre PACA aux oligarques russes, mais c’est une autre histoire – n’est dotée d’un gouvernement que depuis 1980. Son parlement est, techniquement, un parlement national, avec des pouvoirs qui rappellent ceux des chambres parlementaires des autres États-membres de l’Union européenne—et notamment celui de ratifier des traités internationaux.

En ce qui concerne l’exécutif wallon, dont est issu un ancien premier ministre belge récent, sa couleur politique a presque toujours été socialiste depuis 1980 (mais les modes de scrutin belges créent systématiquement des coalitions gouvernementales plutôt que des gouvernements monochromes). La situation est très différente en Région flamande, historiquement dominée par les chrétiens-démocrates, et actuellement gouvernée par une coalition dirigée par les nationalistes flamands.

Et le CETA dans tout ça ?

Soyons honnête à nouveau : jusqu’à récemment, je connaissais l’existence du CETA sans avoir la moindre idée de son contenu (sauf pour le volet sur la propriété intellectuelle) ou de la possibilité d’un veto du traité par la Wallonie. Mais Dani Rodrik a commencé à bloguer sur le sujet, et vu qu’il a l’air lancé pour monter en généralité sur le sujet de la signatures des traités commerciaux internationaux, je conseille de suivre son blog.

L’un des arguments que l’on retrouve chez Rodrik, mais aussi ailleurs, est que le CETA paie les frais de l’opacité des procédures dans lesquelles ces traités sont conçus—mais les arguments de Magnette vont bien au-delà, et touchent au « modèle social européen » dans son ensemble.