Sociologie électorale comparative

Le comparatisme international est extrêmement rare en sociologie internationale. Stein Rokkan avait jadis ouvert la voie1 , et estimait que la comparaison internationale de données électorales agrégées était seule à même d’éclairer les processus politiques communs aux différents pays européens. Toutefois, force est de reconnaître que la pratique comparative est demeurée rarissime chez les électoralistes, surtout sur la base de données agrégées2 .

Le mémoire réalisé par Jean-Baptiste Feller dans le cadre du master de sociologie politique de l’IEP de Paris, intitulé « Villes, vote et modes de vie » (et que j’ai découvert grâce à cette note de François), offre un exemple intéressant de comparaison transnationale, plutôt qu’internationale, de données électorales écologiques. L’auteur compare en effet trois villes, Lille, Cologne et Turin, du point de vue des comportements électoraux et de leur articulation avec des variables sociologiques – qui résument, pour l’auteur, ce qu’il appelle des « styles de vie ».

A titre personnel, je regrette que dans le cas français le Front national ait été écarté de l’étude et, au-delà, je trouve un peu dommage le choix de dichotomiser d’emblée l’analyse entre droite et gauche, comme si ces catégories allaient de soi dans les trois pays étudiés. Toutefois, ce choix est nuancé par l’étude, ponctuellement, de forces politiques prises individuellement.

L’étude fait en tout cas la preuve d’une belle maîtrise des outils, qu’ils soient statistiques ou cartographiques. De plus, il y a une réelle volonté de comparer, et non de simplement juxtaposer trois monographies. Au plan transnational, c’est suffisamment rare pour être signalé…

  1. Stein Rokkan, « The comparative study of electoral statistics: an introductory note », in S. Rokkan et J. Meyriat (dir.), International guide to electoral statistics. Vol. I: National elections in Western Europe, Paris, Mouton, 1967. []
  2. citons tout de même à titre d’exemple le chapitre de Mattei Dogan, « Political Cleavage and Social Stratification in France and Italy », dans S. M. Lipset et S. Rokkan (dir.), Party Systems and Voter Alignments, New York, The Free Press, 1967, pp. 129-195, et pour ce qui concerne la comparaison internationale de données de sondage, beaucoup plus répandue, Bruno Cautrès et Anthony Heath, « Déclin du « vote de classe » ? Une analyse comparative en France et en Grande-Bretagne », Revue internationale de politique comparée, 1996, vol. 3, n° 3. []