Quoi de neuf du côté de la mise sur agenda ?

Billet exhumé des brouillons de 2016 ; du coup, les références bibliographiques sont de l’an dernier. Je le publie ici sans l’avoir vraiment terminé ou mis à jour, mais je n’ai rien aperçu de notable dans les revues depuis les textes cités plus bas.


Les modèles de la mise sur l’agenda gouvernemental font partie de ces cadres analytiques souples dont on a besoin en « quali » comme en « quanti », et encore plus en « quali » ou « quanti » comparatifs.

Pour celles et ceux qui se demandent de quoi la mise sur l’agenda est faite d’un point de vue scientifique, allez voir cet article et ce chapitre d’ouvrage, tous deux de Patrick Hassenteufel, ou bien ce cas d’étude par Bastien Irondelle1. Notez au passage que la notion d’agenda se retrouve dans trois des dictionnaires des Presses de Sciences Po – , et –, et que la modélisation par « mise sur agenda » ne se limite pas au gouvernement : en voici un exemple.

Du côté quanti

En ce qui concerne les approches quantitatives de la mise sur l’agenda, on dispose régulièrement de travaux de synthèse, car les résultats sont très cumulatifs. En voici le dernier épisode, écrit par l’un des auteurs du bouquin qui fait office de traité fondateur pour ces approches :

agenda-setting-baumgartner

agenda-setting-gpw La table des matières du bouquin résumé par Frank Baumgartner montre par ailleurs très bien le côté cumulatif de ces recherches, qui tournent toutes sur une recette méthodologique suffisamment simple pour être utilisée à grande échelle—collecter et coder des données, les envoyer dans des modélisations de séries temporelles avec les ajustements nécessaires en fonction de leur distribution initiale, et comparer, de manière plus ou moins profonde, les résultats d’un pays à l’autre.

La recette a énormément de qualités, n’est évidemment pas exempte de défauts, qui sont loin de lui être propres—le nationalisme méthodologique, par exemple.

Du côté quali

Qu’en est-il, à présent, du côté « quali » ? On dispose de beaucoup de synthèses, mais qui me semblent beaucoup moins cumulatives, et c’est dommage, bien que prévisible : il est plus difficile de comparer la mise à l’agenda des réformes de l’armement parce que ces réformes sont plus difficilement comparables les unes aux autres, et problème lié, parce qu’il est plus difficile de savoir de quoi elles sont faites.

Voici, toutefois, un texte qui me semble faire exception, en « cumulant » au moyen d’une comparaison intersectorielle :

agenda-setting-boswell-rodrigues

Enfin, plaisante surprise, en cherchant les dernières publications de Nikoalos Zahariadis, qui a beaucoup, beaucoup publié sur la modélisation « quali » de l’agenda-setting dans la lignée du modèle par « flux multiples » de John Kingdon, je suis tombé sur ce handbook qui établit un joli état de l’art, à la fois « quali » et « quanti », de la question :

agenda-setting-nz

  1. Il y a des dizaines d’exemples d’excellentes études de cas utilisant les modèles de la mise sur agenda, mais j’ai tellement aimé ce que j’ai commencé à lire du bouquin de Bastien Irondelle (malheureusement décédé très jeune) que je profite de ce billet pour en faire la publicité. []