Feuilletons « Trump » et « Brexit » : deux documents

  • Ce sondage sur le respect d’un critère procédural de la démocratie représentative : admettre la défaite face à l’adversaire, Donald Trump ayant refusé de reconnaître, ce qui n’est d’habitude qu’une formalité, qu’il reconnaitrait sa défaite. À vrai dire, je suis surpris que si peu de sondés – donc placés dans une situation déclarative – ne prévoient pas de prendre les armes dans la situation inverse…

    surveymonkey-poll

    L’élection présidentielle américaine de 2016 est tellement, comment dire, absurde, qu’on est même en droit de se demander ce qui se passerait si Trump perdait et refusait le résultat : y aurait-il vraiment des groupes qui se constitueraient pour épuiser tous les moyens, légaux ou non, pour contester l’élection ? Y aurait-il vraiment des groupes prêts à prendre les armes pour renverser un gouvernement jugé illégitime, comme cela se produit régulièrement ailleurs ?

    La question paraît, à juste titre, absurde—mais que penser des groupes de vigilantes sillonnant sur la frontière sud du pays, qui se situent déjà aux lisières de la loi ? Quant aux gouverneurs des États fédérés, se laisseraient-ils gouverner, justement, par un président dont beaucoup d’entre eux (et pas seulement les démocrates, au sens partisan du terme) auraient intérêt à se désolidariser de la manière la plus ferme possible ? Même question, enfin, pour les circuits judiciaires, qui ne se prononcent pas sur les élections, mais qui, en cas de victoire de Trump, auraient très certainement un comportement plus discret mais tout aussi intéressant.

    À ceux qui répondraient que Trump pourrait utiliser les ressources du gouvernement fédéral contre lui-même, pour punir les récalcitrants à son arrivée au pouvoir, détrompez-vous : Trump n’a aucun relais dans l’administration, et comme il n’aura aucune succession politique même s’il devient président, aucun calcul de moyen-terme ne fonctionnera à son avantage. Il aura, de plus, toutes les ressources du « Speaker of the House« , Paul Ryan, contre lui1, et très certainement autant de « faux alliés » dans ses rangs, en service commandé pour saboter son gouvernement, que de vrais opportunistes prêts à faire ou dire n’importe quoi pour lui—Rudolph Giuliani étant, à ce titre, l’équivalent américain ponctuel de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy.

    En attendant, les minauderies de Trump, qui comme tant de choses à son sujet ne semblent avoir aucun fondement rationnel, m’ont néanmoins rappelé cette citation, beaucoup plus intelligente et subtile, de Robert Dahl, que j’aime bien poser en sujet de khôlle : « In a rough sense, the essence of all competitive politics is bribery of the electorate by politicians« …

  • Ce témoignage, aussi long qu’intéressant, sur le Brexit, vu par David Korski, l’architecte de la campagne des premiers perdants (l’équipe primo-ministérielle de David Cameron). Les « spads » se confient plus rapidement aux médias que les hauts fonctionnaires, qui attendent plutôt leurs vieux jours pour publier leurs mémoires. Le texte est trop dense pour que je lui fasse justice en une ligne : lecture intégrale très conseillée.

    politico-brexit

    L’un des aspects les plus intéressants du texte me semble être ce que l’auteur choisit de n’écrire qu’en filigrane : en promettant le referendum pour des raisons de compétition partisane, David Cameron a pris un risque énorme sans anticiper, car c’était naturellement impossible, que le parti d’opposition serait atone (car prisonnier de ses propres logiques compétitives) au moment du vote. En gros, Cameron s’est tiré dans le pied en pensant pouvoir marcher avec l’autre, et a eu tort.

    Theresa May doit désormais gouverner avec cette balle dans le pied que sont les ministres Brexiters, et qui se sont très vite révélés aussi peu fidèles aux règles du Cabinet government qu’ils furent honnêtes avec l’électorat durant la campagne référendaire2. Étant donné que May a la possibilité de virer tous ses ministres, il est tout à fait raisonnable d’imaginer une normalisation à court terme de la situation actuelle, qui n’est que la continuation logique de ce que la campagne a démontré, et qui laisse envisager le désastre qu’aurait été un gouvernement « Boris« .

    En mettant les deux principaux partis britanniques à genoux3, le Brexit m’a rappelé une autre citation, d’H.L. Mencken, que j’aime bien aussi poser en sujet de khôlle : « Democracy is the theory that the common people know what they want, and deserve to get it good and hard« …

  1. Comme le rappelle régulièrement David Cay Johnston. Johnston, par ailleurs, prédit qu’en cas d’élection, Trump devra faire face à un refus général d’obéir dans l’état-major, et qu’il tentera d’appliquer des vengeances personnelles au moyen de l’administration. Je crois que la première prédiction est correcte, et que la seconde sera tellement sabotée de l’intérieur qu’elle n’aura quasiment aucune conséquence. []
  2. Rappelons que les « Brexiters » ont fait mine d’avoir une équipe primo-ministérielle, la « Bogo » de Johnson et Gove, capable de gouverner en cas de victoire. La suite a montré qu’il n’en était rien. []
  3. Tout en sachant que ces deux partis avaient d’autres problèmes avant le Brexit : concrètement, le SNP a fait exploser le two-party system à la fin des années 1990, et Westminster ne s’en pas encore vraiment remis. []