Délinquance juvénile, identité nationale, et sciences sociales

J’ai récemment donné un cours de construction d’objet de recherche en sciences sociales ; une séance était illustrée par l’article de Jean-Claude Chamboredon sur la délinquance juvénile (texte, par ailleurs, trop long et trop difficile en dessous du niveau doctoral pour une séance de deux heures ; mais le chapitre 1 de l’ouvrage récent de Gérard Mauger va utilement s’y substituer dans ma prochaine maquette).

Le soir même de la dernière séance du cours, des magasins étaient vandalisés à Grenoble après le match-retour Algérie-Égypte (gagné par l’Algérie ; il y avait déjà eu des événements similaires après le match-aller, perdu par l’Algérie). À la fin de la séance de travaux pratiques sur le texte de Chamboredon, nous avions lu des extraits de discours de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux (années 2006 et 2009 respectivement), en appliquant la grille de lecture de l’article : le forum pseudo-expert (doxique, comme dirait l’autre) que constituent les Rencontres de Beauvau, les prénotions du discours d’État sur les bandes, sur l’âge et les motifs des délinquants, et ainsi de suite. Le phénomène social observable le soir même se rajoutait dans le corpus d’observations possibles.

Ces événements liés à l’actualité sportive rejoignaient aussi l’actualité de l’identité nationale, événement également mentionné dans le cours pour parler des prénotions, de la sociologie et de leur “polémique incessante”, comme l’écrivent Bourdieu, Chamboredon et Passeron dans Le métier de sociologue, entre le discours public et le discours scientifique (de Gérard Noiriel, Patrick Weil, ou Fernand Braudel, qui a d’ailleurs ses ambiguïtés comme l’écrit Noiriel dans Penser avec, penser contre). Voici quelques observations qui tentent de connecter la délinquance juvénile et l’identité nationale, basé sur ce que j’ai vu à Grenoble1 :

  • Quelque chose qui n’a pas à voir avec la délinquance, mais avec l’identité nationale : il était remarquable de voir que les jeunes issus de l’immigration clamaient leur joie par « Vive l’Algérie » (et même « Vivent les Arabes », ce qui est encore plus intéressant), en se concentrant sur le premier match de la soirée, alors que, pour la plupart d’entre eux, ils proviennent de familles qui ont quitté, sinon fui l’Algérie (celle qui réprimait les harkis, celle du Front Islamique du Salut des années 1990, celle du chômage de masse, etc.), et eux-mêmes sont presque toujours Français ; un peu plus tard dans la soirée, l’équipe “Black-Blanc-Beur” de la France s’est qualifiée grâce à deux joueurs noirs, Antillais si j’ai bien suivi, mais leur capital affectif allait à l’Algérie, pays dont ils se sont éloignés, et pas au pays d’accueil2.
  • Quelque chose qui a à voir avec les deux thèmes : le vandalisme s’est concentré sur les magasins de vêtements de sports3, et les jeunes (des groupes de filles et des groupes de garçons, mais pas des banades organisées d’enfants de 13 ans) chapardaient des maillots… de l’équipe de France ! Je les ai vus passer, dans les mains de jeunes très rarement dissimulés (arborant un foulard sur le visage, ou marchant avec un “manteau rembourré”). Les maillots étaient encore sur leurs cintres. La police n’est intervenue qu’a posteriori au centre ville.
  • Dernier point : les bars du quartier où se concentre l’immigration ne contenaient que des hommes, de deux générations (de 18 à 55 ans selon mes observations), alors que les voitures qui passaient dans les rues étaient mixtes hommes-femmes, et uniquement composées de jeunes. Il y a des remarques à faire ici en termes d’analyse écologique, de distribution spatiale entre la sphère privée et l’espace public, etc.

Je jette ces points sans plus de détail, au bénéfice de l’observation sauvage et de la réflexion décousue d’où émerge l’imagination sociologique, et sans avoir le temps de pousser le raisonnement assez loin pour parler d’une rupture totale avec les prénotions ou d’une analyse correctement menée et organisée en termes de charges symboliques, de déterminants sociaux, ou même de construction de l’objet. Mais l’essentiel y est pour une discussion au format “carnet de recherche”.

Je dois maintenant rédiger ma séance de politiques de santé : avec la réforme aux États-Unis et les policy fiascos de la vaccination en France, il sera encore facile de lier science politique et actualité.

  1. J’étais assis en terrasse au centre ville au moment des événements. []
  2. J’espère formuler cette observation sans être compris de travers, en ayant neutralisé les termes : je ne regrette absolument pas le comportement observé (surtout moi, averse au football et au nationalisme), ni ne l’encourage ; je suis neutre et me contente de constater un phénomène que je trouve sociologiquement significatif. []
  3. Ces magasins de survêtements de sport sont parfois tenus par des gens du quartier, eux-mêmes issus de l’immigration, ce qui m’a rappelé le vandalisme sur les voitures des riverains lors des émeutes de novembre 2005. Je fais peut-être une erreur ici (ecological fallacy, comme celle du vote Front national dans les régions à forte population immigrée ; quelques éléments ici), si la délinquance opère une sélection dans les cibles. []

14 réflexions au sujet de « Délinquance juvénile, identité nationale, et sciences sociales »

  1. Vous délivrez un cours sur la « construction d’objet de recherche en sciences sociales » et vous livrez ensuite des « observations qui tentent de connecter la délinquance juvénile et l’identité nationale, basé sur ce que j’ai vu à Grenoble » (assis en terrasse au centre ville)…
    Autrement dit, vous niez, dans les faits, ce que vous enseignez en théorie. Puisque vous parlez de Chamboredon, il est l’auteur avec Bourdieu et Passeron d’un ouvrage consacré aux préalables épistémologiques du « Métier de sociologue » (Mouton 1968, 4e éd. 1983). Que disent-ils ?
    « La familiarité avec l’univers social constitue pour le sociologue l’obstacle épistémologique par excellence, parce qu’elle produit continûment des conceptions ou des sytématisations fictives en même temps que les conditions de leur crédibilité » (p. 27).
    C’est proprement le travers dans lequel vous vous êtes installé « spontanément ».
    Et les auteurs fustigent « la représentation illusoire de la genèse des faits sociaux selon laquelle le savant pourrait comprendre et expliquer ces faits par le seul effort de sa réflexion privée » (…) ce présupposé de la science infuse est « enraciné dans le sentiment de familiarité (qui) fonde aussi la philosophie spontanée de la connaissance du monde social » (p. 30).
    Je vous passe les développements sur le principe de non-conscience du social par les acteurs individuels…
    On ne peut être Chamboredon en chaire et sociologue spontanée à la terrasse d’un café…Il faut choisir.
    Michel Renard
    http://identitenational.canalblog.com/

    PS – Ne mêlez pas les noms de Noiriel et de Braudel. Le premier tente de disqualifier les travaux du grand historien de la longue durée en prétendant qu’il avait écrit « L’identé de la France » parce qu’il visait un siège à l’Académie française…! J’ai critiqué Noiriel sur ce point dans « Faut-il avoir honte de l’identité nationale ? » et j’attends toujours sa réponse…

    • Bonjour, et merci pour votre commentaire. Les deux citations du Métier de sociologue proviennent du chapitre dont je me sers dans ma première séance de cours, je connais le texte. Vous confondez deux types de familiarités. Mes étudiants sont des cadres infirmiers, qui veulent souvent écrire un mémoire sur le travail hospitalier. C’est la familiarité dont parlent les auteurs. Le deuxième type de familiarité, celui de la terrasse de café, n’a pas les mêmes effets épistémologiques. Il donne des observations non contrôlées, ce que je note à plusieurs reprises. Je ne suis pas familier de la délinquance juvénile, je ne connais presque personne qui a pu ou aurait pu participer aux événements.

      La remarque que vous formulez sur Noiriel et Braudel ne tient pas compte du fait que je cite le chapitre où Noiriel critique, justement, Braudel. Je n’estime pas avoir fait un mélange, j’ai fait une énumération en signalant les divergences entre les deux. Les subtilités de l’opposition, celles où apparemment vous inscrivez vos propres travaux, n’étaient pas le sujet de mon énumération, et n’ont aucune incidence sur celles-ci. En conséquence, je vous remercie pour vos objections, mais je pense qu’elles manquent leur cible dans les deux cas.

  2. Rien n’autorise, dans le texte de Bourdieu et alii, de réduire la familiarité dénoncée à l’appartenance à un milieu professionnel, comme vous le faites en désignant vos élèves infirmiers. Les auteurs préconisent une « rupture avec le réel et les configurations qu’il propose à la perception ». La mise en garde est générale et vaut pour toute « expérience immédiate » et toute « emprise de notions communes ». Ce qui s’apparente à cette « observation sauvage et (cette) réflexion décousue » dont vous parlez. Vous évoquez « l’imagination sociologique ». Selon Wright Mills, celle-ci devait permettre de « saisir histoire et biographie et les rapports qu’elles entretiennent à l’intérieur de la société ». N’en sommes-nous pas tout de même un peu loin…?
    Quant à Noiriel, je vous accorde que vous faites allusion à un autre texte que celui que je visais. Mais accoler les deux noms me semble une honte post-mortem que ne mérite pas Braudel.

    • Vous avez raison, Bourdieu et al. ne réduisent pas la familiarité au milieu professionnel, et vous avez également sur l’imagination sociologique : on ne saisit pas l’ensemble des facteurs historiques et/ou biographiques à partir de cinq minutes d’observation sauvage et dix de rédaction non contrôlée. Je ne proposais pas ma réflexion décousue sous la bannière de l’objet construit. Ce qui m’intéresserait, d’ailleurs, serait que quelqu’un identifie les prénotions dans mes observations.

      Sur Noiriel/Braudel, je n’ai pas les éléments en main et me déclare entièrement incompétent. Votre position m’a l’air construite et a tout à fait sa place dans les commentaires de cette note.

  3. Tout Le creuset français (Noiriel, 1988) peut être lu comme une critique de L’identité de la France.

    La « réponse » à M. Renard s’y trouve entièrement, et pas seulement dans le premier chapitre…

    Il faut vraiment lire ou relire ce livre (Le creuset… bien sûr) aujourd’hui.

  4. G. Noiriel affirmait dans « À quoi sert «l’identité nationale» ? » (2007) que Braudel avait cédé à la thématique de l’identité nationale parce qu’il n’a « pas résisté aux sirènes de l’Académie française »…! J’avais répondu à Noiriel, dans « Faut-il avoir honte de l’identité nationale ? » (2008) qu’il avait tort d’imputer à Braudel le choix de l’identité nationale par ambition d’obtenir un siège à l’Académie française.
    Pour deux raisons. D’abord, Braudel envisageait depuis longtemps de se lancer dans une histoire de France – sans que la perspective de l’Académie soit le moins du monde d’actualité. Ses derniers cours au Collège de France (1970-1972) en sont la preuve, leurs résumés figurent dans l’Annuaire de cette école ainsi que le fait remarquer Maurice Aymard (« Lire Braudel », 1988). Ensuite, Braudel a été élu à l’Académie le 14 juin 1984 et reçu le 30 mai 1985. Or, « L’Identité de la France » a été publiée en août 1986, après la mort de son auteur (27 novembre 1985).
    Il ne peut donc y avoir de réponse à ma critique, dans « Le Creuset français » puisque cet ouvrage date de 1988.
    Dans ce livre, Noiriel n’usait d’ailleurs pas de cet argument misérable. Il posait des questions à Fernand Braudel (p. 50 et suiv.) lui adressant plusieurs griefs au sujet de la place de l’immigration dans l’histoire de France : l’usage de l’opposition entre eux » et « nous » ; la problématique de l’enracinement terrien ; la prééminence de la longue durée contre des durées propres à chaque groupe social (Halbwachs) ; la sous-estimation de la restructuration touchant la société française à la fin du XIXe siècle où elle aurait précisément été « nationalisée »…
    Noiriel mobilisait les catégories de l’épistémologie « science-socialisante » sur la « construction de l’objet » pour critiquer l’école historique française, mais on ne voit pas qu’il soit parvenu, lui, à construire son objet de manière à satisfaire ces critères.
    Pour l’essentiel, son intelligibilité reste basée sur la confrontation, le conflit de sens (G. Simmel) entre la société d’accueil et les immigrants. Quand il dépasse ce face-à-face, plus à partir de théories de sociologues que d’investigations historiennes, il ne parle que de « rafistolages » de l’identité de la France (p. 333) et conclut : « qu’une histoire sociale de la nation française ne peut être qu’un objectif à long terme » (p. 344). La thèse de Noiriel reste donc, en fin d’ouvrage, encore programmatique et virtuelle.

    • Michel, merci pour le résumé de votre thèse au sujet de Braudel et Noiriel, mais où se situe le lien avec les éléments empiriques (incomplets) de ma note ? J’ai bien noté la mention de la construction de l’objet.

  5. Me trouvant ce soir-là à Strasbourg, j’ai pu observer à peu prés la même chose, du moins sur la nature du public festoyant la victoire de l’Algérie, pays arabe adoré… contre l’Egypte, pays arabe honni. Plus généralement, la présence dans l’espace public de jeunes indiquant par un signe « national » ostentatoire (drapeau, blouson, pendentif…) une forme (à définir) d’attachement à l’Algérie n’est pas une prénotion, c’est simplement une observation de la vie quotidienne dans les villes de ce pays, dont il faudrait évidemment essayer de déterminer le sens subjectif qu’elle possède pour les acteurs. A Grenoble, on voit souvent des jeunes, garçons ou filles, avec au cou un pendentif (en or ou métal doré) avec la forme de l’Italie ou éventuellement de la Sicile; à en juger par le tumulte qui a présidé aux victoires récentes de l’équipe italienne de football dans des compétitions internationales à Grenoble, cela doit avoir quelque rapport… mais il est vrai aussi que les « violences urbaines » sont plus rares à cette occasion. Bref, je ne crois pas que l’on puisse repousser d’un revers de la main les observations (de café) faites par François ce soir-là.

    • La copine avec qui je me trouvais en terrasse ce soir-là revenait d’un séjour moyenne durée en Suisse et en Allemagne. Elle était scandalisée que personne ne pense même à prévenir la police de ce que l’on pouvait tous observer devant nos verres. Elle me disait : “En Allemagne, les clients du café se seraient levés pour arrêter ces personnes !”

      J’ai répondu que la conscience de classe avait peut-être joué un rôle : les émeutiers ciblent des magasins où je n’ai qu’une faible propension à me rendre. Je ne ‘connais’ pas les émeutiers, sauf à en revenir à mes années de lycée, et je ne ‘connais’ pas non plus les propriétaires des magasins, au sens : ils ne proviennent pas du même milieu social que moi (je peux faire l’anticipation qu’aucun de mes amis ne m’appellera demain pour me dire que son magasin a été vandalisé, mes copains grenoblois sont plutôt antiquaires ou architectes).

      En bref, tout se passe comme si j’avais ‘exit’ du phénomène parce que la situation ne détériore en rien mon propre écosystème social. Le renforcement du contrôle policier qui peut s’ensuivre des casses ne créera pas plus d’arrestations des “gens comme moi” (bien que je sois jeune et de sexe masculin, je mets des chemises et des chaussures style Méphisto). La dégradation économique, comme je disais, ne touche pas mes cercles de connaissances. Je pense que l’apathie des consommateurs, moi y compris, s’explique donc par un égoïsme socialement réglé par la distribution des richesses entre classes sociales et l’agencement des segments de la population. Ça viole peut-être ce que Chamboredon a pu écrire de la petite-bourgeoisie… !

      Il y a peut-être aussi un schème mental un peu plus tordu, comme le fait que le vol dans ces classes sociales peut s’apparenter à du chapardage, du fait que ces jeunes n’ont pas les moyens de payer ce qu’on leur demande pour acheter des maillots de football (plus chers que mes chemises Celio). Je n’ai, de toute évidence, pas fini de déconstruire ne serait-ce que la moitié du phénomène, mais il me paraît riche et intéressant. C’était le sens de ma note, mais je suis content de voir que celle-ci a réuni des commentaires allant dans plusieurs directions.

  6. @M. Renard: je pense plutôt que l’objet du livre de Noiriel (le Creuset…) est une déconstruction de la notion de nation, telle qu’elle a pu être construite chez les historiens qu’il critiquent (il n’y a pas que Braudel. C’est certes le premier visé, mais il n’est pas le seul). Quant au dernier chapitre, s’il est programmatique, ce n’est pas le cas des précédents (statut d’ailleurs un peu étrange, en terme de sources, du Creuset. Nombreuses références aux archives, études de séries longues de seconde main…).

    C’est justement son caractère hybride qui rend, je trouve, cet ouvrage attachant et tout à fait passionnant. On y voit bien aussi tous les apports, somme toute récent en histoire, de la sociologie de Bourdieu (qui est aussi critiqué, en passant).

    Donc oui, le livre de Noiriel est un livre de combat. Mais pas que… et je ne vous suis pas quand vous affirmez que « Quand il dépasse ce face-à-face, plus à partir de théories de sociologues que d’investigations historiennes, il ne parle que de “rafistolages” de l’identité de la France ». ». Du terrain, il y en a. l

Les commentaires sont fermés.