La géographie (électorale), ça sert à faire la guerre (électorale)

Chaque grand parti possède, en interne, son ou ses spécialiste(s) de la « carte électorale ». Mais ce travail d’étude et d’utilisation de la carte électorale reste souvent relativement confiné à ces spécialistes, d’autant que les spécialistes des « études d’opinion », qu’ils soient membres du parti ou collaborateurs extérieurs, jouent depuis les années 1980 un rôle de plus en plus important.

Il semble toutefois que la carte électorale connaisse un certain retour en grâce : Benoît Thieulin, responsable de la campagne Internet de Ségolène Royal en 2006-2007 et aujourd’hui patron de la Netscouade, expliquait ce matin dans l’émission « Parti pris » de LibéLabo que la CooPol, le nouveau réseau social du Parti socialiste, donnerait une place importante aux cartes électorales – a priori donc, tous les militants devraient pouvoir s’en emparer, comme aux Etats-Unis les militants de la campagne d’Obama ont utilisé d’énormes bases de données – individuelles et territoriales – pour optimiser les activités militantes en direction des quartiers et des individus les plus susceptibles de faire la différence (ce qui ne sont ni des électeurs réguliers et convaincus, ni des opposants farouches). A l’évidence, le projet de la direction du PS, inspiré par le rapport de la fondation Terranova sur la campagne d’Obama auquel Benoît Thieulin avait contribué, consiste à rationaliser l’organisation militante du PS afin d’obtenir un « rendement électoral » supérieur.

Il y a fort à parier que, si ce mouvement se confirme et trouve son équivalent dans d’autres partis, on va assister (comme aux Etats-Unis) au développement de nouveaux profils de professionnels de la politique partisane et électorale, qui seront peut-être moins des communiquants travaillant sur une vision très en surplomb et globalisante de « la société française », mais qui s’intéresseront davantage aux territoires, avec une connaissance fine des résultats électoraux. Le développement de bases de données très fines (une ANR est en cours pour constituer et exploiter une base de données des résultats électoraux au niveau du bureau de vote) alimentera probablement ce mouvement. Nos étudiants vont-ils progressivement se désintéresser des cursus en « communication politique » pour se réintéresser à la sociologie et la géographie électorales – disciplines sinistrées s’il en est du point de vue du désintérêt éprouvé par les étudiants pour elles ? Il y a en tout cas sans doute des coups à jouer du point de vue de l’offre de formation professionnalisante à proposer en science politique…