Ce blog a dix ans

Publier ce billet alors que ce blog patine et peine à publier quoi que ce soit depuis la rentrée me laisse une impression un peu étrange. N’empêche que, ce blog a dix ans.

unbirthday

Ten Years After, 2007-2017

Le 30 octobre 2007, je recensais, sur le blog « Science politique en ligne« , le bilan scientifique d’un congrès de l’Association Française de Science Politique. Dix ans plus tard, la version 2 de ce « blog de politiste » tourne encore, grâce à la plateforme Hypothèses1, et dans une version plus libre que l’originale, qui se contentait de recenser les – à l’époque rares – papiers de science politique nouvellement publiés en ligne.

Sur le modèle du blog « Political Science Weblog » d’Henry Farrell2, les recensions du blog consistaient alors en un simple résumé avec un lien vers le full-text, comme ci-dessous :

La politique et la question du voile en Iran et en Afghanistan

Notre objectif dans cet article est de montrer que le voile n’est pas qu’un enjeu central pour les droits et la condition des femmes iraniennes et afghanes. Il s’agit aussi d’un moyen de protestation utilisé par les femmes à l’encontre du gouvernement et pour montrer leur opposition aux obligations auxquelles entend les soumettre l’autorité patriarcale, au nom de la tradition.Deux événements historiques viennent à l’appui de ce constat : les tentatives d’enlèvement du voile en 1926 en Afghanistan et en 1936 en Iran, sous l’ordre de Reza Pahlavi, le shah d’Iran. Ensuite l’obligation du port du voile, en Iran, dans les années 1980 à la suite de la Révolution de 1979, ainsi que depuis 2001, en Afghanistan, pour des raisons liées à la sécurité. Dans cet article nous allons analyser et comparer des événements consécutifs à des réformes politiques qui ont provoqué la mobilisation des femmes pour leurs droits, au moyen du voile. [halshs-01356685]

Maintenant que les outils comme HAL-SHS sont plus connus et plus souvent utilisés par les chercheurs et/ou par leurs laboratoires, ce travail de recension aurait moins de sens, et serait surtout plus difficile à faire : les chercheurs déposent aussi des papiers sur Academia, sur ResearchGate, et sur des sites personnels toujours plus nombreux.

Plein d’autres choses ont changé depuis 2007 : c’était avant Facebook et Twitter, et même s’il y avait peu de blogs (et encore moins de blogs tournés vers les discussions scientifiques), il y en avait suffisamment pour animer une conversation à quelques-uns. J’en garde de bons souvenirs et plusieurs amitiés distendues mais durables.

En juin 2008, la faible présence de la science politique en ligne m’avait amené à cesser de publier mes recensions, en expliquant pourquoi. C’était encore l’époque où l’on se devait, quelque part, de signaler la mise en ligne des revues scientifiques francophones : il n’y en avait pas tant que ça de disponibles en version numérique, ce qui a changé, en particulier grâce aux portails Cairn, Persée et Revues.org, qui se sont énormément enrichis ces dernières années.

Ce blog a ensuite rouvert en février 2009 sur la plateforme Hypothèses. Joël et moi en avons un peu parlé à droite à gauche, y compris, comme l’indique la page « Blogs« , dans un chouette séminaire de l’EHESS. Jetez un coup d’oeil à notre texte d’intervention de 2009 et à mes slides de 2010 pour vous faire une idée du chemin parcouru.

En 2009 toujours, la présence des politistes sur les blogs était tellement faible que j’avais même réussi à en faire un sujet pour le bulletin de l’ANCMSP (Système D, septembre 2009, page 11), en prenant l’un de mes anciens enseignants comme exemple de politiste-blogueur, ce qu’il est encore aujourd’hui :

bouillaud-blog-ancmsp-2009
Le blogging et le micro-blogging via Twitter se sont depuis largement démocratisés, et beaucoup de monde tient une sorte de blog semi-public sur Facebook. Plus personne ou presque ne demande ce que « ça rapporte », alors qu’au temps du début des blogs, les questions sur les risques et les bénéfices du blogging revenaient tout le temps. Ce qui semble évident aujourd’hui était apparemment loin de l’être il y a dix ans, ou même cinq.

Dix ans et un peu plus de 400 billets plus tard, ce blog a pris la liberté d’emprunter quelques tangentes à ses objectifs initiaux. Il a aussi gagné, puis perdu, un co-blogueur qui repassera peut-être un de ces quatre, quand il en aura le temps.

Quant à la suite, je la conçois relativement identique à ce qui s’est publié cette année, moins les séries de billets maintenant que la « preuve du concept » me semble bien établie, et sur un rythme un peu plus lent, avec à nouveau des billets en lien avec des papiers publiés ou en voie de l’être.

Bref, tout ça pour dire :

Merci à vous de venir vous balader ici de temps à autre,

Et à bientôt !

Annexe statistique : les lecteurs du ‘Bistro laissent peu de commentaires (un peu plus de 600 quand même au total, ce qui semble légèrement en-deçà du reste de la plateforme). Selon les mois, il y a entre 3 000 et 7 000 lecteurs mensuels uniques, dont pas mal semblent abonné(e)s au ‘Bistro via son flux RSS.

  1. Voir la partie « Support technique » de notre page « À propos« . On ne remerciera jamais assez les architectes d’Hypothèses et leurs financeurs, qui ont accompli quelque chose qu’aucun autre acteur public ou privé n’a accompli : un service public de blogs scientifiques. []
  2. Henry Farrell est l’un des co-fondateurs du blog américain Crooked Timber. Il co-fondera aussi, quelques années plus tard, le blog The Monkey Cage, devenu une véritable vitrine de la science politique anglophone, et désormais hébergé sur le site Internet du Washington Post. []