‘brɛk.sɪt

Ayant vécu quatre ans en Écosse, j’ai évidemment suivi avec quelque intérêt la campagne référendaire sur le Brexit (que je prononce à l’américaine). Les campagnes électorales britanniques sont toujours très intenses, et celle-ci n’a pas échappé à la règle, avec l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un militant d’extrême-droite à quelques jours du vote1.

Pour rappel, il s’agit du second vote référendaire à l’échelle nationale en Grande-Bretagne, après celui de 1975. Les enquêtes d’opinion, très discréditées par leurs échecs prévisionnels au cours de la dernière élection générale, donnent les votes “Leave” et “Remain” au coude-à-coude, de même que la meilleure tentative de modélisation. La même tentative de modélisation donne toutefois la probabilité du Remain aux alentours de 70%, grâce aux votes non exprimés.

En effet, la variable déterminante devrait être, si l’on s’en réfère aux referenda pour l’indépendance du Pays de Galles et de l’Écosse, la participation des undecideds, qui ont tendance à choisir le vote présenté comme le plus sûr—contre l’indépendance, donc contre l’exit dans ce cas. De ce que j’en comprends, c’est aussi ce qu’espèrent une large partie des élites politiques2.

Ne lisant que The Guardian et étant connecté, via Twitter notamment, à tout plein de chercheurs britanniques spécialisés dans le domaine de la santé, il n’est pas étonnant que je n’ai entendu, de cette campagne, qu’un seul son de cloche : Remain, if only for the sake of the NHS. Il est toutefois très clair que les tabloïds britanniques ont fait campagne, de leur côté, pour l’exit, et ils sont loin de compter pour du beurre auprès d’un électorat déjà largement eurosceptique.

À titre personnel, le résultat du vote m’intéresse beaucoup (ce qui n’est pas le cas de tous les votes référendaires), mais je serais plus intéressé par les conséquences d’un vote Leave que par celles d’un vote Remain, notamment parce qu’un vote Leave rebattrait les cartes de l’indépendance de l’Écosse.

Une bonne partie de la classe politique britannique de gauche fait campagne pour le Remain sur des motifs économiques : un vote Leave exposerait la Grande-Bretagne à une forme de choc économique qui causerait sa chute –entre autres– sur les places boursières, ce qui affecterait toute son économie jusqu’à endommager sérieusement la progression des salaires, déjà très affectée par les politiques des deux dernières formations gouvernementales (Con-Lib puis 100% Con).

La limite de cet argument tient dans le fait que rien n’a été mis en place, sous les gouvernements néo-travaillistes précédents, pour empêcher cette situation. De ce fait, une fraction (minoritaire) de la “gauche de la gauche” britannique envisage, sans aller jusqu’à faire campagne pour le Leave à quelques exceptions près, qu’un vote d’exit aurait un effet “électrochoc” pour les travaillistes, qui ont peu de chances de gagner les prochaines élections générales dans leur configuration actuelle3.

De la campagne référendaire, je retiens aussi le comportement des élites politiques de l’Union européenne, qui m’ont rappelé le comportement de Nicolas Sarkozy au sujet de l’environnement (“ça commence à bien faire”). Le mépris pour les procédures de la démocratie représentative me semble être une raison suffisante, pour quelqu’un comme moi qui avais voté “oui” au referendum constitutionnel européen de 2005, pour refuser désormais le moindre soutien à cette élite4.

Résultats demain, sachant que mon souhait le plus cher, au-delà de la reprise en main de leur destin par les Écossais, reste la fin de la spirale sordide d’appauvrissement qui frappe une immense majorité de Britanniques, et qui la frappe encore plus durement depuis 2008-2009.

Au passage, je serai à Londres ce weekend. Faîtes signe si vous y êtes aussi !

  1. Les assassinats politiques de parlementaires sont moins rares en Grande-Bretagne qu’en France. Le dernier en date remonte à 1990, avec l’assassinat du député conservateur Ian Gow par l’IRA provisoire. []
  2. Pour des raisons diverses : le vote fait office de vote de confiance pour le gouvernement conservateur, et un exit compliquerait beaucoup la tâche de toute la classe politique, sans même parler de ses conséquences en Écosse—lire plus loin. []
  3. Pour faire bref, leur leader, Jeremy Corbyn, est à trop à gauche de l’électeur médian, et même de l’électeur médian travailliste. []
  4. En espérant néanmoins que ça change à l’avenir. Je me trouve pris dans le même dilemme au niveau national, incapable de voter pour la formation politique à laquelle je m’identifie le plus, vu qu’elle refuse d’appliquer le programme sur lequel elle a été élue. []