Les “unes” de Charlie Hebdo : quelques réseaux de plus

Le 6e Congrès de l’Association Française de Sociologie commence après-demain. Le Réseau Thématique 37 « Sociologie des médias » y organise une réunion autour des événements “Charlie Hebdo”, à laquelle Gaël devait participer, sans finalement pouvoir s’y rendre. Sur son invitation, je le remplacerai pour évoquer cette petite note, qui reprend une partie de ce que vous avez pu lire sur ce blog au sujet des « unes » de Charlie Hebdo et de l’analyse des associations thématiques qu’elles contiennent.

charlie-afs2015

La note ne procède pas tout à fait de la même manière que les billets du blog. J’ai retiré tout ce qui avait trait aux ERGM pour utiliser quelque chose d’un peu moins sophistiqué mais de tout aussi parlant. Dans un premier temps, j’ai affiné les catégories thématiques dans lesquelles j’ai regroupé les mots-clés utilisés par le blog Strips Journal pour coder les “unes” de Charlie Hebdo. L’échantillon reste très réduit : le blog ne couvre que les années 2009 à 2015, soit un peu plus de 300 “unes”.

J’ai ensuite fait figurer ces “unes” dans des réseaux bipartites où apparaissent à la fois les “unes” et leurs catégories thématiques. Voici par exemple le réseau des “unes” et de leurs thèmes pour l’année 2011 (cliquer sur le réseau pour le voir en plus grand) :

themes_network_2011

La topologie du réseau renvoie aux deux grands pôles thématiques traités par Charlie Hebdo dans ses “unes”, avec l’actualité politique nationale d’un côté (catégories en bleu), et tous les autres thèmes de l’autre, dont l’actualité internationale et la religion. Cette représentation permet d’effectuer des calculs de distance pondérée, à partir il est facile de repérer les catégories thématiques “proches” ou “éloignées” dans le réseau tissé par les “unes”. Voici les distances entre les catégories thématiques de l’année 2011 (cliquer…) :

distance_matrix_2011

La matrice de distance traduit la même information que le réseau : les catégories les plus “proches” de la catégorie “Religion” sont les catégories “Violence” et “International”, dans cet ordre. La note systématise cette grille de lecture à toutes les catégories sur toutes les années de 2009 à 2015, où il apparaît clairement que la catégorie “Religion” est régulièrement associée à la catégorie “Violence”, sans entretenir toutefois de lien privilégié avec cette catégorie, qui est également associée à d’autres thématiques que la religion.

Bref, je ne sais toujours pas si Charlie Hebdo est “obsédé” par l’islam, si tant est que cela veuille dire quelque chose1. En revanche, je pense qu’on peut établir, au moyen de ses “unes”, que Charlie Hebdo ne réserve pas ses critiques qu’à la seule institution religieuse—sur la période étudiée, le personnel politique en prend au moins autant, sinon plus, pour son grade—,et qu’en plus, sa critique de la religion en “une” survient au sein d’une “triade thématique”, où elle se retrouve liée, sans grande surprise, à l’actualité internationale.

Si vous êtes à l’UVSQ après-demain, j’aurai quelques minutes pour expliquer tout ça. Et comme je n’ai jamais mis les pieds dans un Congrès AFS, ce sera l’occasion de voir à quoi ça ressemble.

Dernière petite chose. Dans le billet précédent, je terminais en mentionnant le blog elementR, pour apprendre à utiliser R dans un contexte de recherche en sciences sociales. En ce qui concerne les réseaux, il faut cette fois-ci mentionner l’excellent blog du groupe fmr (“flux, matrices, réseaux”), qui publie depuis longtemps de très bonnes ressources pour apprendre l’analyse de réseaux, avec R ou d’autres logiciels (voir, par exemple, ce texte sur les ERGM, que j’aurais dû citer dans plusieurs billets précédents sur les “unes” de Charlie Hebdo).

  1. Comme Gaël, et comme les auteurs de cette tribune, j’aurais plutôt tendance à penser que non, même si la “une” me semble être un bon dispositif de mesure des orientations stratégiques que peut prendre la direction d’un hebdomadaire. Il faudrait néanmoins avoir accès à d’autres données (qualitatives), ainsi qu’à un échantillon de “unes” s’étalant sur une période plus longue, pour pouvoir étudier cette question, un peu sur le modèle de ce qu’a fait Nicolas Hubé sur la presse allemande et française. []