Un “stress test” des revues de sociologie connectées par leurs auteurs

Dans le billet précédent et dans celui d’avant, on a mesuré l’entre-soi éditorial de la sociologie, c’est-à-dire la tendance des revues à “capturer” leurs auteurs.

À partir de l’échantillon des revues “Sociologie et société” de la plateforme Cairn, on peut en effet montrer que beaucoup des auteurs de ces revues ne publient que dans un nombre très limité de revues, ce qui est particulièrement vrai de certaines revues très spécialisées, rédigées par des auteurs se comportant comme des “cliques” peu connectées au reste des revues de la discipline.

Mesurons à présent la même chose, mais de toute autre manière : quelles sont les revues les plus connectées aux autres revues de l’espace éditorial de la sociologie ?

La méthode générale

On change ici une partie essentielle du raisonnement : l’objectif devient de recréer le réseau sous-jacent à cet espace éditorial, et d’y connecter les revues entre elles en fonction de la propension de leurs auteurs à publier dans d’autres revues. Au niveau technique, cette opération requiert d’établir un protocole de construction du réseau éditorial, qu’on résumera de la manière suivante :

  1. On commence par extraire tous les auteurs ayant publié dans une revue initiale X donnée. Cela nous donne une liste plus ou moins longue d’auteurs.
  2. On identifie ensuite tous les articles de ces auteurs, qu’ils aient été publiés dans la revue en question ou pas. Cela nous donne une liste d’articles.
  3. On regroupe ces articles par leur revue de publication : cela nous donne un nombre total d’articles par revue, qui est très élevé pour la revue initiale X, et plus faible pour les autres.
  4. On normalise le nombre d’articles par revue en le divisant par le nombre d’articles dans la revue initiale X : cela nous donne une fraction théoriquement bornée entre (0, 1], du moment où la revue initiale est celle qui concentre le plus de publications.
  5. Enfin, on se sert de cette fraction pour établir un lien pondéré entre la revue initiale X et chacune des autres revues identifiées par les étapes précédentes.

Illustration de la méthode :

  1. On extrait tous les auteurs ayant publié (dans les limites de l’échantillon) dans la Revue française de sociologie : il y en a 348.
  2. On identifie les articles de ces auteurs : il y en a 1 651, répartis dans 84 revues, ce qui est beaucoup, et qui va nous donner 84 liens différents au final.
  3. On regroupe ces articles par revue de publication, et l’on observe que ces 348 auteurs ont publié 352 articles dans la Revue française de sociologie, mais aussi 83 articles dans la Revue européenne des sciences sociales, par exemple :
    1                      francaise-de-sociologie  352
    2             europeenne-des-sciences-sociales   83
    3                      societes-contemporaines   68
    4                                   mouvements   67
    5                         l-annee-sociologique   63
  4. On divise ces totaux par 352, puis l’on retire la Revue française de sociologie pour ne pas créer de lien entre la revue et elle-même, ce qui n’aurait pas de sens. On obtient des coefficients de pondération entre 0 et 1 :
    1 europeenne-des-sciences-sociales 0.2357955
    2          societes-contemporaines 0.1931818
    3                       mouvements 0.1903409
    4             l-annee-sociologique 0.1789773
    5            informations-sociales 0.1562500
  5. Enfin, on crée un lien d’intensité 0.23 entre la Revue française de sociologie et la Revue européenne des sciences sociales, et de même pour les 83 autres revues suivantes.

Laissez reposer la pâte quelques heures, et c’est prêt.

Le schéma de pondération

Cette méthode produit un réseau très dense, qui connecte 96 revues entre elles par des liens d’intensité très variable. D’ailleurs, dans quelques rares cas, ces liens sont d’intensité supérieure à 1, lorsque le pool d’auteurs d’une revue a moins publié dans cette revue que dans une autre. C’est ce que l’on peut voir en dessinant la fonction de répartition empirique de ces liens, en les classant par leur intensité :

weights_ecdf

Quels sont ces cas particuliers ? Ils sont peu nombreux et explicables : par exemple, les auteurs de la revue Clio ont plus publié dans la revue Clio. Femmes, genre et société que dans la revue Clio. Ce n’est pas surprenant : il s’agit d’une seule et même revue, qui a juste changé d’identifiant sur Cairn… Quant aux autres cas particuliers, il s’agit de revues publiées par le Ministère de la Culture, ne contenant qu’un seul article par numéro.

> filter(e, w >= 1)
                    i                          j        w      ecdf
1                clio clio-femmes-genre-histoire 1.032182 0.9981329
2    culture-chiffres           culture-methodes 1.225000 0.9988798
3      culture-etudes           culture-methodes 1.258824 0.9992532
4      culture-etudes        culture-prospective 1.035948 0.9985063
5      culture-etudes                    reseaux 1.332244 0.9996266
6    culture-methodes                    reseaux 1.000545 0.9977595
7 culture-prospective                    reseaux 2.669935 1.0000000

On va laisser de côté ces cas particuliers, et se concentrer sur le reste des liens, d’intensité variant entre 0 et 1. Commençons par un exemple : où se trouvent, parmi tous ces liens, ceux qui relient la revue Genèses à d’autres autre revues ? La réponse est que ces liens se trouvent un peu partout dans la distribution : les auteurs de cette revue ont publié dans plusieurs autres revues, parfois peu, parfois beaucoup :

ecdf_geneses

Les liens les plus forts de la revue Genèses la relie aux revues Politix, Sociétés contemporaines et Actes de la recherche en sciences sociales – ce qui ne surprendra pas les politistes (ou “sociologues du politique”), qui publient fréquemment dans ces trois revues et contribuent ainsi à les rapprocher dans le réseau que l’on a construit :

                                           i                       j         w      ecdf
1                                    geneses                 politix 0.4652329 0.9973793
2                                    geneses societes-contemporaines 0.3591092 0.9910146
3 actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales                 geneses 0.3445658 0.9887683
4                                    geneses             savoir-agir 0.3008793 0.9839012
5                                    geneses              sociologie 0.2491052 0.9734182
6                                    geneses     le-mouvement-social 0.2359327 0.9689255

Quid de la revue Sociétés, qui a servi de point de départ à ces billets ? Cette revue est également connectée à d’autres, mais par des liens beaucoup plus ténus, soit parce que ses auteurs ont beaucoup publié dans Sociétés, soit parce qu’ils ont peu publié ailleurs, ce qui revient au même dans notre schéma de pondération :

                     i        j          w      ecdf
1       communications societes 0.16422287 0.9359790
2             societes   volume 0.07563025 0.8169225
3 l-annee-sociologique societes 0.06060606 0.7663796
4              diogene societes 0.05665375 0.7472857
5              reseaux societes 0.05206477 0.7263197
6 ethnologie-francaise societes 0.05197472 0.7255709

Lorsque l’on va chercher à visualiser ces liens, on va tenir compte de leur intensité pour ne faire apparaître que les liens les plus forts : pour cela, on se servira de leur distribution cumulée pour créer un “effet de seuil”, qui nous permettra de ne visualiser, par exemple, que les 20% des liens les plus forts. Cela permettra de visualiser un réseau moins dense, plus lisible, et surtout plus significatif.

Les réseaux

Voici le réseau constitué à partir de l’échantillon de revues dont on dispose, à des valeurs différentes du seuil évoqué ci-dessus. On commence à un seuil de 0 (réseau complet), que l’on augmente ensuite par incréments de 0.1 pour retirer les liens les plus faibles, puis par incréments de 0.01 lorsque l’on atteint 0.9, de manière à ne garder que les liens les plus forts entre les revues les plus intensément connectées à d’autres :

full

Au fur et à mesure que le seuil augmente, on ne garde que les liens les plus significatifs entre les revues. L’animation permet de percevoir cet effet de composition, mais ne permet pas de scruter le réseau de manière précise. Du coup, voici une version statique du réseau, où l’on n’a retenu que les 2.5% des liens les plus forts entre les revues (cliquer pour la version PDF) :

example_975

Que trouve-t-on parmi les liens les plus forts entre les revues de sociologie ? Beaucoup de relations qui font sens si l’on connaît un peu cette littérature, comme par exemple :

  • des liens forts entre les revues Clio, Nouvelles questions féministes et Travail, genre et société (tout en haut du graphe ; vous aurez deviné le thème) ;
  • des liens forts entre Genèses, Politix, Actes de la recherche en sciences sociales et Savoir/agir (au centre ; pas de surprise non plus) ; et
  • des liens forts entre des revues généralistes : L’Année sociologique, la Revue française de sociologie, Sociologie et la Revue européenne des sciences sociales.

Jusque-là, tout va bien. Regardons à présent les différentes positions prises par la même revue au fil des graphes. On commence avec la revue Sociologie, que vous voyez ci-dessous sous la forme d’un point rouge. Au fur et à mesure que l’on éclaircit le réseau en n’en retenant que les liens les plus forts, la revue devient de plus en plus centrale, jusqu’à l’avant-dernière étape, où elle disparaît (effet de seuil à 0.99) :

sociologie

Voyons à présent la revue Sociétés. Dès le départ, la revue occupe une position plus périphérique, étant moins connectée aux autres revues que ne l’était la revue Sociologie. Sa relégation à la périphérie de l’espace éditorial devient de plus en plus claire au fur et à mesure qu’on augmente le seuil en-dessous du lequel on ignore les liens entre revues. Sociétés disparaît du réseau lorsque le seuil d’intensité atteint 0.93 :

societes

La méthode de mesure

Bien. Faisons le bilan.

Pour chaque revue, on dispose de réseaux pondérés qui exprime la propension de la revue à être connectée aux autres revues de l’espace éditorial sociologique, mesuré sous une forme limitée à l’échantillon des revues Cairn. Les différents réseaux pondérés de chaque revue sont obtenus en augmentant graduellement le seuil d’intensité des liens qui y figurent.

Ce schéma d’observation permet de mesurer, pour chaque revue, son degré de centralité dans l’espace éditorial sociologique, qui peut être très élevé, auquel cas la revue est “centrale” dans cet espace éditorial, ou très faible, auquel cas cette revue est périphérique dans ce même espace. Ce degré de centralité est mesurable à différents seuils contenus entre 0 et 11.

Du coup, voilà ce qu’on va faire :

  1. On construit les relations de chaque revue à tous les seuils compris entre 0 et 0.99, par incrément de 0.01 (soit 100 réseaux par revue) ;
  2. Dans chaque réseau, on mesure le degré de centralité pondéré de la revue2, que l’on divise par le degré de centralité maximal observé dans le réseau ;
  3. Puis l’on met toutes ces données sur un même graphique, pour comparer les revues entre elles à partir de leur degré de centralité relatif.

Que va-t-il se passer lorsque l’on va appliquer cette méthodologie ?

  • Les revues centrales de l’espace éditorial vont se distinguer par un degré de centralité élevé, qui va rester élevé jusqu’à des niveaux de seuil eux-mêmes élevés, lorsque l’on en considère plus qu’une fraction des liens les plus forts entre les revues.
  • Les revues périphériques de l’espace éditorial vont se distinguer par un degré de centralité plus faible, qui va s’effondrer au fur et à mesure que l’on limite le réseau à ses liens les plus intenses, jusqu’à disparaître à des niveaux de seuil élevés.

C’est donc une forme de “stress test” que l’on va faire subir aux revues de la sociologie : à partir de 100 valeurs différentes, on va tester leur centralité dans l’espace éditorial disciplinaire constitué par les revues de la plateforme Cairn, et voir lesquelles se maintiennent à des niveaux élevés dans cet espace, même lorsque l’on “épure” le réseau pour n’en retenir que les liens les plus forts, c’est-à-dire ceux qui représentent plusieurs articles, rédigés par plusieurs auteurs navigant d’une revue à l’autre.

Ce “stress test” va identifier certaines revues “centrales”, qui publient plusieurs auteurs actifs dans d’autres revues. À l’inverse, il va aussi identifier les revues dont les auteurs se comportent comme des “cliques” : ces revues vont en effet assez rapidement disparaître du réseau connectant les revues entre elles, de par l’absence d’activité éditoriale soutenue de leurs auteurs dans d’autres revues.

Les résultats

Voici les résultats de la méthode de calcul décrite plus haut appliquée aux 96 revues de l’échantillon. Chaque ligne représente le degré de centralité relatif d’une revue, et l’on a fait ressortir quelques revues par des couleurs distinctes :

degree_all

Dans ce graphique, on observe le degré de centralité relatif de deux revues centrales de la sociologie : Actes de la recherche en sciences sociales et la Revue française de sociologie. Ces revues correspondent à des écoles : la première est d’influence bourdieusienne, la deuxième d’influence durkheimienne3. Mais cette filiation n’empêche pas leurs auteurs d’être acceptés pour publication dans d’autres revues, d’où leur fort degré de centralité dans l’espace éditorial.

Il en va de même pour Genèses, Réseaux et Sociologie : ces revues sont également connectées à de nombreuses autres par l’intermédiaire de leurs auteurs. Pourquoi ? Il y a plusieurs explications possibles : Réseaux, par exemple, est une revue centrale pour les études communication, qui est connectée à plusieurs revues moins centrales dans ce sous-domaine des recherches sociologiques, comme la revue Télévision, ce qui lui procure une position avantageuse dans l’espace éditorial4.

De la même manière que ces résultats permettent de repérer les revues dont les auteurs cherchent à se positionner au centre de l’espace éditorial sociologique, ils permettent aussi d’identifier les revues dont les auteurs sont beaucoup plus isolés dans cet espace. Nota bene : dans une structure en réseau, l’isolement se traduit par un positionnement en périphérie ; l’isolement et la marginalité y sont donc structurellement équivalentes. Je vous laisse appliquer cinquante nuances de subtilité à ce glissement conceptuel.

J’ai ainsi fait exprès de faire figurer la revue Recherches en soins infirmiers, qui est très illustrative de cette position structurale : de par sa nature hyper-spécialisée, cette revue attire des auteurs extérieurs au champ universitaire, qui ne cherchent pas à s’imposer dans l’espace éditorial sociologique, et qui publient par conséquent peu dans le reste des revues de la discipline. La position marginale de la revue s’explique donc très bien.

Il nous reste, enfin, la revue Sociétés, dont le sous-titre est : “Revue des sciences humaines et sociales”. Dans le billet précédent et dans celui d’avant, cette revue apparaissait déjà parmi les revues les plus caractéristiques d’un entre-soi éditorial ; l’analyse par réseaux permet de compléter cette observation en renforçant le constat de marginalité de ses auteurs dans l’espace éditorial sociologique.

Conclusion

À partir des résultats accumulés au cours des trois derniers billets, on peut désormais affirmer que l’on a établi la nature marginale de la revue Sociétés dans l’espace éditorial sociologique, entendu encore au fois au sens limité de l’échantillon des revues hébergées sur la plateforme Cairn. Cet échantillon est par définition incomplet, mais il est tout de même suffisamment large pour que l’on ait confiance dans ce résultat.

Quand les auteurs du canular publié par la revue Sociétés affirment que cette revue publie des auteurs qui “restent entre eux” au lieu d’aller confronter la validité de leur démarche scientifique au reste de la profession, on ne peut que leur donner raison, et constater avec eux que la revue Sociétés publie un groupe d’individus qui ne bénéficie que de connexions très faibles au reste de l’espace éditorial sociologique.

Qu’est-ce que cela signifie ? Ce n’est pas un jugement de fond : ni le contenu des articles, ni leurs citations, n’ont été mobilisés dans l’analyse. Toutefois, les liens que tissent les sociologues en publiant dans plusieurs revues renvoient aux alliances, aux coopérations et aux soutiens qui s’expriment entre différents segments de la discipline universitaire : c’est cette caractéristique du travail éditorial qui sous-tend les réseaux que l’on a fait apparaître, et qui permet de discriminer les revues centrales des revues périphériques.

De ce point de vue, et dans la limite de démonstration imposée par l’échantillon, la revue Sociétés est une revue structurellement marginale dans la discipline sociologique, ce qui n’est pas le cas, loin s’en faut, de toutes les revues représentant un courant d’analyse spécifique—à condition de considérer, bien sûr, que les publications de cette revue méritent le titre de courant d’analyse, ce que Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin remettent très justement en cause (et ils ne sont pas les seuls).

Pour aller plus loin

Voici le code complet de l’analyse. Le code permet très facilement d’inclure d’autres espaces disciplinaires représentés sur la plateforme Cairn.info ; en revanche, inclure les revues des plateformes Persée.fr, Érudit.org ou Revues.org demanderait beaucoup, beaucoup plus de travail.

Cette analyse pourrait être développée pour faire un petit article à destination d’une revue comme le Bulletin de méthodologie sociologique ; merci de laisser un commentaire si vous êtes intéressé.

  1. Au seuil 0, on considère tous les liens qui peuvent exister entre les revues par l’intermédiaire des auteurs qui publient dans plusieurs d’entre elles ; au seuil 0.99 approchant 1, on ne considère que les liens les plus forts. []
  2. Suivez ce lien pour comprendre la méthode de calcul. J’ai utilisé un paramètre de pondértion alpha de 1, ce qui signifie que j’ai utilisé la généralisation de Barrat pour pondérer le degré de chaque revue. []
  3. Si vous êtes spécialiste du sujet (je ne le suis pas), donnez-moi de meilleurs qualificatifs dans les commentaires. []
  4. On observera avec amusement que la revue la plus centrale au seuil le plus élevé est justement la revue… Réseaux. Autrement dit, cette revue est la mieux connectée aux autres par le biais des publications de ses auteurs : pas surprenant pour une revue trans-disciplinaire qui se situe à la frontière entre sociologie et “sciences de l’info.-comm.”. []

Une réflexion au sujet de « Un “stress test” des revues de sociologie connectées par leurs auteurs »

  1. Ping : Baptiste Coulmont » L’Autolib’, révélatrice de la sociologie postmoderne

Les commentaires sont fermés.