Les réseaux de cosignatures législatives de quinze pays européens

Mise à jour, janvier 2017 : la recherche présentée ci-dessous est désormais publiée dans un ouvrage collectif. Le manuscrit est en ligne depuis belle lurette.

Mise à jour, juin 2016 : les données présentées dans ce billet ont évolué, et vont continuer d’évoluer. Pour une présentation plus récente, voir ce billet de juin 2016.

Si la série de billets “Charlie Hebdo” vous a plu, voici quelques réseaux en plus. Add. Et si ce billet vous a plu, la base de données et les visualisations interactives comptent désormais 24 chambres parlementaires de 18 pays européens (les trois nouveaux pays sont l’Irlande, le Portugal et la Slovakie).

Vous vous souvenez peut-être de ce premier travail, dont j’avais parlé courant 2014, sur les réseaux des cosignatures de propositions de loi et d’amendements à l’Assemblée nationale. L’idée venait de Baptiste Coulmont.

La présentation de ce travail en conférence était plutôt bien passée. À cette époque, j’avais déjà rajouté les réseaux de cosignatures du Sénat, très faciles à construire grâce à son portail open data.

À l’occasion d’une summer school avec piscine et sauna (si si), j’ai ensuite élargi l’assiette empirique à six pays européens. Puis j’ai fait le tour de tous les pays membres de l’Union européenne et de l’AELE1.

Ce qui m’amène à la base de données actuelle : j’ai fini par assembler 100 réseaux de cosignatures législatives dans 19 chambres parlementaires de 15 pays européens. Voici un texte qui les présente rapidement2.

Les réseaux sont limités aux propositions de loi, mais cette limite permet de remonter plus loin dans le temps, sur une base plus comparable. Le code est aussi beaucoup moins dégueulasse que le code initial pour la France.

Voici par exemple l’exemple l’Islande actuelle :

net_is2013-2017

Ou encore l’Italie actuelle (chambre basse) :

net_it_ca17

Ou encore la République tchèque actuelle :

net_cz7

Et enfin, voici un tableau récapitulatif des pays et des chambres parlementaires couvertes. Les liens “plots” amènent aux représentations graphiques statiques, les liens “viz” aux visualisations interactives. Amusez-vous bien.

Pays / Chambre
Autriche (chambre basse) code plots viz
Belgique (deux chambres) code plots viz
Bulgarie code plots viz
République tchèque (chambre basse) code plots viz
Danemark code plots viz
Finlande code plots viz
France (deux chambres) code plots viz
Hongrie code plots viz
Islande code plots viz
Italie (deux chambres) code plots viz
Lithuanie code plots viz
Norvège code plots viz
Roumanie (deux chambres) code plots viz
Suède code plots viz
Suisse (chambre basse) code plots viz

Le code contient des fonctions facilement réutilisables pour construire d’autres réseaux, et certains pays peuvent encore être rajoutés, à condition de trouver un moyen de récupérer les données (ce qui est parfois assez compliqué).

Si vous vous demandez à quoi peuvent servir ces réseaux, jetez un coup d’oeil au texte précité, ou au papier de Justin H. Kirkland sur la structure collaborative des chambres parlementaires, ou à ce papier sur la segmentation partisane.

Si vous souhaitez participer à l’amélioration, l’élargissement ou l’analyse de la base, je suis preneur : il y a beaucoup, beaucoup de données dans ces graphes (environ 195 000 propositions de loi et 13 000 parlementaires).

Dernier truc : j’ai publié un billet similaire à celui-ci sur la plateforme OpeningParliament.org, qui rassemble des organisations mobilisées autour de la thématique de l’open data dans le domaine législatif.

  1. À l’exception des micro-États, comme Andorre. []
  2. Le texte contient aussi un modèle très simple de la segmentation partisane des réseaux. []