Religion et violence dans les “unes” de Charlie Hebdo

Mise à jour du lendemain : voir aussi ce texte, tout juste publié dans Le Monde.

Suite et fin (définitive, cette fois-ci) d’une suite de billets publiée en quatre épisodes : mercredi, vendredi et dimanche de la semaine dernière, et mardi de cette semaine :

  1. Les données (le billet introductif, le plus accessible)
  2. Leur exploration (quelques visualisations en plus)
  3. Les premiers modèles (ou “les ERGM en trois mots”)
  4. Le modèle définitif (les finitions pour la route)

Il s’agit d’une synthèse : pas grand chose de nouveau, juste des précisions et une reformulation de l’argument général. Je n’ai pas modifié le code source de l’analyse, qui reste disponible et améliorable, comme je vais le rappeler un peu plus bas.

Désolé d’avoir accidentellement publié un brouillon de ce billet tôt ce matin.

Et oui, je veux bien la médaille en chocolat du titre racoleur. Ooh yeah.

La question initiale

À la suite de l’attentat du 7 janvier, le travail de la rédaction de Charlie Hebdo a fait l’objet de toutes sortes d’accusations, allant du blasphème à l’islamophobie en passant par le mauvais goût. Mais comme l’ont fait remarquer deux sociologues dans les colonnes du Monde, le tirage assez confidentiel du magazine permet d’écarter l’idée que ces accusations soient fondées sur une lecture attentive de Charlie Hebdo : ce sont plutôt ses illustrations de “une”, beaucoup plus accessibles que le magazine lui-même, qui ont généré ces critiques.

Les mêmes sociologues se servent des “unes” de Charlie Hebdo pour se demander si l’hebdomadaire est vraiment si “obsédé” – c’est leur terme – par l’islam que le suggèrent certaines critiques. Sans surprise, ils découvrent que ce n’est pas vraiment le cas, dans la mesure où Charlie Hebdo fait beaucoup plus souvent sa “une” sur l’actualité politique (ou économique, ou sociale) française que sur la religion, et qu’en matière de religion, le catholicisme (via l’institution papale) en prend beaucoup plus pour son grade que les autres religions monothéistes.

La méthode de cette étude est assez simple : on catégorise le contenu des “unes”, puis on fait un tri à plat, puis on en tire des observations sur la fréquence de tel ou tel personnage, thème ou événement. L’analyse des “unes” d’un support de presse n’est d’ailleurs pas une nouveauté en soi : allez voir chez Baptiste Coulmont (qui parle d’une étude des “unes” de Paris Match par Alain Chenu), ou bien lisez le bouquin que Nicolas Hubé a tiré de sa thèse sur les “unes” des journaux allemands et français, ou bien lisez cet article sur la représentation des femmes en “une” d’un magazine sportif.

Cette technique d’analyse “fréquentiste” a toutefois de sérieuses limites, car il y a aussi une dimension relationnelle à exploiter dans ce type de données : dans l’illustration de “une”, qui est connecté à qui, et à quoi ? On peut en effet suggérer que la “une” d’un hebdomadaire satirique est un travail de mise en relation : tel thème, personnage ou événement s’y trouve mis en relation avec au moins un autre, de manière à créer une association mentale qui, renforcée par le titrage de la “une”, suggère une interprétation (plus ou moins) comique, cynique ou ironique1.

La question du traitement de tel ou tel thème par Charlie Hebdo dépasse donc la simple fréquence de ce thème dans ses “unes”, et devient : à travers ce dispostif symboliqe qu’est la “une”, à qui et à quoi tel thème se retrouve-t-il associé ? Si le quotidien La Croix, par exemple, associe fréquemment le catholicisme et l’action humanitaire dans ses “unes”2, qu’en est-il des “unes” de Charlie Hebdo sur la religion ? C’est cette question que l’on va traiter, à partir d’une catégorisation des “unes” qui permet de repérer les thèmes de la religion et de la violence.

Pourquoi cette question de la relation entre religion et violence dans les “unes” de Charlie Hebdo ? Parce que, comme l’a écrit Gaël Villeneuve dans sa réaction à l’étude publiée par Le Monde, mesurer “l’islamophobie” est conceptuellement hors de portée, le terme prêtant à toutes les confusions possibles. En revanche, établir que Charlie Hebdo associe, au sens objectif du terme (c’est-à-dire : met en relation ; pas “amalgame” ou “assimile”), la religion à un thème comme la violence, tient du domaine du possible.

Les données de Strips Journal

Comme je l’ai expliqué dans le tout premier billet de cette série, c’est le blog Strips Journal qui a rendu possible cette exploration des associations thématiques dans les “unes” de Charlie Hebdo, grâce à son codage de 338 “unes” de Charlie Hebdo publiées entre 2006 et 2015. Ce codage inclut la quasi-intégralité des années 2009-2014 et assigne en moyenne 4 mots-clés par “une”, noms propres et événements inclus. C’est à partir de ces mots-clés que l’on peut constituer des réseaux de co-occurrence comme celui-ci, qui représente toutes les 338 “unes” du corpus :

full_network

Le réseau contient des mots-clés recatégorisés en six grands thèmes à partir d’un codage supplémentaire qui peut certainement être amélioré. Si vous souhaitiez vous y coller, il suffit d’améliorer ce script, ou pour celles et ceux qui sont allergiques au code, cette feuille CSV, qui contient les mots-clés des “unes” (colonne tag), leur catégorie thématique (colonne theme), et les numéros de Charlie Hebdo dans lesquels ils apparaissent (colonne nums). Une catégorisation de meilleure qualité3 permettrait d’affiner tous les résultats présentés dans cette série.

Comme le réseau de toutes les “unes” du corpus n’est pas très lisible, il peut être utile, à des fins exploratoires, de le scinder en plusieurs sous-réseaux temporels : c’est ce que j’ai proposé dans un deuxième billet, en découpant le corpus en périodes de trois mois et en mesurant la présence de chaque thème au cours de chaque période. À cette échelle, il devient plus facile d’observer certaines co-occurrences de mots-clés, et notamment celles qui concernent la religion (en vert), le terrorisme (en rouge) et la violence (en rouge) :

network_quarters

 

Pour compléter ces représentations graphiques, et afin de faire la jonction avec l’étude résumée dans Le Monde, on peut souhaiter les accompagner de quelques statistiques sur les mots-clés qu’ils contiennent. Prenons, par exemple, les 10 mots-clés les plus fréquemment utilisés pour catégoriser le contenu des “unes” de Charlie Hebdo incluses dans le corpus. Ces mots-clés ne surprendront certainement pas les lecteurs de Charlie Hebdo, et contiennent au moins deux termes (“religion” et “intégrisme”) qui retiendront notre attention plus tard :

1              sarkozy   80
2            élections   42
3    françois hollande   40
4             religion   35
5        marine le pen   25
6                   fn   23
7       présidentielle   23
8           intégrisme   22
9  présidentielle 2012   22
10      extrême droite   21

Voyons, à présent, les dix associations de mots-clés les plus fréquentes. Cette liste révèle que les mots-clés sont partiellement redondants entre eux : les mots-clés concernant les élections, par exemple, reviennent très souvent ensemble pour catégoriser les mêmes “unes”. En conséquence, le réseau des co-occurrences des mots-clés contient certaines associations très fortes entre des thèmes et des sous-thèmes, entre des institutions et leurs représentants, bref, entre des “classes” et des “sous-classes” de phénomènes :

1            élections      présidentielle 23
2            élections présidentielle 2012 22
3       présidentielle présidentielle 2012 22
4            élections             sarkozy 17
5       extrême droite                  fn 17
6           intégrisme            religion 17
7                   fn       marine le pen 15
8  présidentielle 2012             sarkozy 15
9       présidentielle             sarkozy 15
10      extrême droite       marine le pen 14

Simplifions, enfin, ces associations, en remplaçant les mots-clés par l’une des sept catégories générales évoquées ci-dessus. Cette simplification permet de catégoriser les “unes” à partir d’un ou plusieurs thèmes (entre 1 et 5, et 2 en moyenne). En regardant les fréquences brutes et relatives de ces thèmes, on observe ainsi le poids relatif de chaque thème dans le corpus. Attention, les années 2006, 2007 et 2015 ne contiennent que quelques “unes” chacune et ne sont incluses ci-dessous que pour référence.

charlie_themes_freq

charlie_themes_prop

Cette simplification produit 15 associations thématiques possibles, dont la fréquence varie en fonction de différents facteurs, comme le nombre de mots-clés de chaque catégorie, mais aussi la pertinence de chaque association dans le corpus. Sans surprise, les associations les plus fréquentes sont ainsi des associations monothématiques, correspondant à la situation où la même “une” a reçu deux mots-clés de la même catégorie ; mais on trouve aussi souvent des associations entre des thèmes différents :

1              Politique-Varia  578
2                  Varia-Varia  544
3          Politique-Politique  465
4            Religion-Religion  131
5          International-Varia  122
6               Religion-Varia  103
7               Varia-Violence   85
8      International-Politique   69
9           Politique-Violence   51
10 International-International   47
11           Religion-Violence   42
12          Politique-Religion   40
13      International-Religion   32
14      International-Violence   23
15           Violence-Violence   13

Quoi et pourquoi modéliser ?

À ce stade, on va souhaiter modéliser les associations thématiques formées par les mots-clés des “unes” de Charlie Hebdo. Ce que l’on va pouvoir modéliser, comme expliqué dans un billet plus détaillé, c’est la probabilité conditionnelle de chaque association, en fonction de plusieurs facteurs comme le nombre de mots-clés par catégorie. Cette modélisation va nous servir à estimer aussi précisément que possible la probabilité d’une association, dans les “unes” de Charlie Hebdo, entre les thèmes “Religion” et “Violence”, qui contiennent les mots-clés suivants :

Religion (23 mots-clés) :
antisémitisme, athées, benoit xvi, bible, burka, charia, coran, dieu, évêque, françois 1er, intégrisme, jesus, laïcité, lourdes, mahomet, opus dei, pape, prophète, ramadan, religion, torah, vatican, voile
Violence (21 mots-clés) :
11 septembre, al-qaida, assassinat, attentats, ben laden, discrimination, guerre, homophobie, incendie criminel, jihad, massacre, mohamed merah, otage, parricide, pédophilie, sexisme, terrorisme, torture, tueur de masse, violence, xénophobie

Afin d’être aussi clair que possible sur la méthode, rappelons qu’elle permet de mesurer une probabilité conditionnelle, c’est-à-dire “nette”, ou “indépendante” de plusieurs autres probabilités. On vient de le dire, les catégories thématiques ne contiennent pas le même nombre de mots-clés, et les associations les plus fréquentes sont monothématiques. Ce qu’apporte un modèle, et que ne permet pas un simple tri à plat, c’est de “contrôler” ces facteurs, c’est-à-dire de les prendre en compte afin de mesurer isolément la probabilité d’association entre deux thèmes différents.

Dans le modèle qu’on met en place, sous la forme d’une équation log-linéaire et additive qui va ensuite être estimée à partir de plusieurs milliers de simulation de graphes aléatoires, on va donc utiliser différents termes correspondant à chacune de ces probabilités. Dans un dernier billet, j’ai présenté la forme définitive prise par cette équation, après en être passé par quelques modélisations exploratoires, et après avoir introduit un terme servant à mesurer une propriété endogène du réseau (spécifiquement, sa tendance à la transitivité entre certains mots-clés).

Pour rappel, les termes du modèle définitif sont les suivants :

  • probabilité globale d’une co-occurrence entre deux mots-clés
  • probabilité d’occurrence des mots-clés de chaque thème
  • probabilité d’une association entre deux mots-clés d’un même thème
  • probabilité d’une association entre deux mots-clés de thèmes différents
  • probabilité de trouver une relation transitive entre trois mots-clés

En aparté — je profite de ce billet pour signaler que, dans la spécification exacte du modèle ci-dessus, j’ai utilisé trois paramètres expérimentaux qui ne figurent pas encore dans la documentation technique du code associé à la technique de modélisation que j’utilise. Je dois l’utilisation de ces paramètres à un email de Pavel Krivitsky, qui m’a aussi aidé à comprendre comment paramétrer les mêmes modèles en tenant compte de la pondération des co-occurrences. Pour celles et ceux que ça intéresse, allez lire les emails de Pavel sur la liste de diffusion du projet statnet.

Qu’a-t-on trouvé ?

Pour rappel encore, on a obtenu les résultats suivants :

edges                           -5.23 (0.08)

nodefactor.International        -0.31 (0.21)
nodefactor.Politique            -0.04 (0.15)
nodefactor.Religion             -0.52 (0.29)
nodefactor.Violence             -0.22 (0.29)

nodematch.International          1.26 (0.49)
nodematch.Politique              0.98 (0.35)
nodematch.Religion               3.28 (0.67)
nodematch.Violence               0.29 (1.30)

mix.International.Politique      0.30 (0.36)
mix.International.Religion       0.85 (0.63)
mix.Politique.Religion           0.32 (0.52)
mix.International.Violence       0.42 (0.70)
mix.Politique.Violence           0.29 (0.43)
mix.Religion.Violence            2.16 (0.50)

gwdsp.fixed.1                    0.05 (0.00)

BIC                                16095.79

Ces résultats se comprennent de la manière suivante :

  • Les mots-clés de chaque thème n’ont pas la même propension à former des liens, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas la même tendance à être utilisés en co-occurrence avec d’autres mots-clés. Les mots-clés les plus susceptibles d’être liés à d’autres sont ceux du thème “Politique”. Les mots-clés les plus susceptibles d’être liés à d’autres sont ceux du thème “Religion”.
  • Les associations monothématiques (entre deux mots-clés d’un même thème) sont très fréquentes, en particulier pour les catégories “International” et “Religion”, qui sont donc, d’une certaine manière, les thèmes les plus homogènes (c’est-à-dire les thèmes dont les mots-clés sont les plus à même de ne pas être “mélangés” avec ceux d’un autre thème).
  • Une fois que l’on a pris en compte ces deux premières formes d’effets, les associations entre mots-clés de thèmes différents restent encore fréquentes, voire très fréquentes pour l’association entre les mots-clés du thème “Religion” et ceux du thème “Violence”, comme dans les associations “Benoît XVI” et “pédophilie” ou bien “ben Laden” et “intégrisme”.
  • Enfin, le réseau exprime une très légère tendance aux relations transitives, ce qui signifie que certains chaînes de trois mots-clés, comme “Sarkozy → élections → présidentielle 2012”, se retrouvent fréquemment dans les co-occurrences. Aussi léger soit-il, il est très important de mesurer cet effet isolément, pour ne pas fausser les autres effets que l’on mesure.

Résumons.

Dans les 338 “unes” étudiées, la religion et les actes violents sont loin d’être les thèmes les plus traités : si l’on omet la catégorie résiduelle “Varia”, le thème le plus fréquemment associé à ces “unes” est le thème “Politique”, qui revient dans un tiers d’entre elles, alors que les thèmes “Religion” et “Violence” apparaissent chacun dans un peu moins de 9% des “unes”, sans être systématiquement associés l’un à l’autre. Une “une” sur dix pour un hebdomadaire, ça fait une “une” tous les deux mois et demi, ou cinq par an.

Mais que nous apprend cette fréquence ? Pas grand chose : elle ne dit rien de la probabilité d’association entre le thème “Religion” et un autre. Quelle est ainsi la probabilité d’association de ce thème au thème “Violence”, qui contient des mots-clés associés au terrorisme et à d’autres actes violents ? Les modèles que l’on a présentés indiquent que, toutes choses égales par ailleurs, la probabilité d’association entre les deux thèmes est très forte : sans être dominants dans le corpus des “unes”, elles sont très fortement liées entre elles.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin dans cette modélisation des “unes” de Charlie Hebdo, il faudrait à présent voir les autrès thèmes associés à la religion dans ce corpus : trouvera-t-on, par exemple, que la religion est aussi fortement associée au thème “Capitalisme”, également bien représenté dans les “unes” du magazine ? Il faudrait pour cela identifier précisément ce thème, ce que l’on n’a pas pris le temps de faire ici, mais cela vaudrait la peine de le vérifier à partir d’un codage thématique plus détaillé, comme suggéré plus haut.

Alors, islamophobe, Charlie Hebdo ? Je n’en sais toujours rien, et je m’en balance : le terme est suffisament plastique pour accommoder les biais de confirmation des uns et des autres, et ces biais ne m’intéressent pas. En revanche, je reconnais le peu que je connais de cet hebdomadaire dans l’association entre religion et violence. Est-ce normal ? À mon sens, oui : le clergé catholique est lié à des scandales de pédophilie et à la stigmatisation de l’homosexualité, et l’islamisme est lié au terrorisme international.

Voilà, c’est terminé. Bonne journée, et n’oubliez pas de vous aimer les uns les autres, bordel de merde.

  1. La thèse de Nicolas Hubé traite rapidement de cette dimension au passage consacré à l’ironie et aux jeux de mots dans la titraille journalistique (p. 182). []
  2. Cet exemple est fictif : je ne l’ai pas mesuré, et je ne lis pas assez La Croix pour avoir la moindre idée de quoi parle ce journal, mais je suppose qu’il est “obsédé”, au sens fréquentiste de la métaphore, par le catholicisme, ce qui illustre bien l’importance des associations – positives ou négatives – que produisent les “unes”. De plus, je n’ai pas pris l’association entre catholicisme et action humanitaire complètement au hasard. []
  3. Par meilleure qualité, j’entends : chaque mot-clé doit appartenir à un seul thème, et idéalement, les thèmes doivent contenir à peu près le même nombre de mots-clés (mettons, entre 20 et 30), dont l’occurrence dans le corpus ne varie pas trop (mettons, entre 50 et 150). []