Quelques leçons d'élections récentes

Comme François, je n'ai guère le temps d'écrire ces temps-ci (et il faut bien que je réserve quelques unes de mes modestes recherches aux futurs membres de mon jury...), mais l'actualité, immédiate et moins immédiate, m'incite à rapidement faire quelques remarques.

  • le quiproquo de l'élection du président de l'UMP, comme jadis celle de la première secrétaire du PS ou naguère celle du président des États-Unis (en Floride en particulier), nous rappelle que l'acte de vote s'inscrit dans un contexte technologique et organisationnel loin d'être neutre ou sans importance. Bien sûr, on le sait au moins depuis Garrigou, mais il semble facile de l'oublier. Pour des raisons sans doute pas si différentes, et les États-Unis et les partis politiques français n'ont pas réuni les conditions technologiques (dans le cas des États-Unis) et institutionnelles (dans le cas du PS ou de l'UMP) pour que les résultats des élections acquièrent un caractère aussi centralisé, incontesté et précis que ceux des élections politiques françaises. Un corollaire est que, lorsque ces conditions (en gros, une autorité indépendante suffisamment forte pour assurer les conditions de l'organisation et du contrôle du scrutin - en France, l'État) ne sont pas réunies, l'accord entre les parties sur les résultats est essentiel - un beau cas de construction sociale de la réalité. En guise d'illustration, qu'on se rappelle le rôle joué par l'acceptation de la défaite par Al Gore aux États-Unis en 2000, par l'acceptation de la défaite par Ségolène Royal en 2008 (avec dans les deux cas, le sentiment de la part de beaucoup que le résultat inverse était au moins aussi bien établi) ou encore la non reconnaissance de leur défaite le soir de l'élection par les deux prétendants à la présidence de l'UMP (à l'heure où j'écris ces lignes, la désormais célèbre COCOe vient de rendre son verdict en faveur de Jean-François Copé, à 98 voix près). Historiquement en France, et lorsque la capacité de l'État à imposer une quantification incontesté des résultats était moindre, c'était d'ailleurs le Parlement qui avait seul compétence à valider ou non les résultats des élections législatives. Aujourd'hui, dans les partis, les commissions en charge de la validation des scores (COCOe à l'UMP, commission de recollement au PS) jouent ce rôle, sur le modèle des transactions collusives (Michel Dobry) : on se met d'accord, plus ou moins facilement, sur les scores des uns et des autres, ici et là. J'ai d'ailleurs le sentiment que ces phénomènes sont nettement mieux documentés dans le cas du PS que des partis de droite, mais je souffre peut-être de myopie scientifique. (Au passage, voici un bien dont la France pourrait accroître l'exportation : ses technologies électorales !)
  • Plusieurs commentateurs soulignent, en s'en étonnant, le caractère troublant d'une succession d'élections internes à des partis qui se finissent par des scores extrêmement serrés : désignation du candidat à la présidentielle des Verts en 2006, congrès de Reims du PS, élection à la présidence de l'UMP, etc. Certains scientifiques l'expliquent en tentant d'appliquer les lois de la physique aux phénomènes sociaux ; d'autres, comme Eric Dupin, y voient une sorte de loi de la démocratie, sans en donner l'explication. Pour ma part, je ferais volontiers l'hypothèse suivante (un peu spéculative, je l'avoue bien volontiers). Aux élections politiques (générales), la tendance à parvenir à un score proche du 50/50 peut s'expliquer par la recherche, par chacun des deux candidats (dans les élections à deux candidats...), de l'électeur médian, selon la logique spatiale du vote proposée par Downs et ses continuateurs. Cette logique me semble toutefois perturbée par des phénomènes de type bandwagon, liés à l'existence de dispositifs prétendant annoncer, avec une certaine marge de vraisemblance, le résultat final (sondages, commentaires politiques...), qui permettent souvent à l'un des candidats de l'emporter avec une marge nette (après tout, une pensée scientifique devrait faire de l'égalité entre les candidats l'hypothèse H0). Dans le cas d'une élection interne à un parti, les choses me semblent un peu différentes.  Pour au moins deux raisons : 1/ on y évolue beaucoup plus à l'aveuglette : on n'a pas de connaissance précise du corps électoral (souvent à dimension variable, comme dans le cas de l'UMP où les adhérents pouvaient s'acquitter de leur cotisation jusqu'au jour de l'élection), on n'a en général pas d'estimation fiable des rapports de force internes (en particulier à l'UMP, où il n'y avait jusqu'à présent pas de courants structurés ; au PS, chaque courant a ses pointeurs, sans compter les fédérations qui votent au canon). 2/ bien souvent, les prises de position des militants et des cadres du parti s'éloignent très sensiblement de l'idéal-type du citoyen délibérant, choisissant en son âme et conscience le candidat qui lui semble le plus proche de ses idées. En effet, les clivages idéologiques sont souvent peu clairs (et, du coup, conduisent les commentateurs à plaquer des cadrages particulièrement artificiels, comme Joly la verte verte vs. Hulot l'ouvert à EELV en 2011 ou Copé le droitisant contre Fillon le centriste... dont la campagne était dirigée par Éric Ciotti, come on guys !), et ces élections servent avant tout à objectiver un système de positions internes dont chacun va chercher à tirer l'avantage maximal pour sa carrière politique (fut-elle non professionnelle), en interne et surtout en externe. Au PS ou à EELV, le choix des motions qu'on signe et des candidats qu'on soutient obéit ainsi à des considérations très  complexes, mais qui ont comme ultima ratio l'horizon de la désignation des candidats aux prochaines élections locales ou législatives. A l'UMP, le pluralisme est moins ancré dans l'histoire et dans les statuts du parti, mais je soupçonne que le soutien pour Copé ou Fillon obéit aussi largement à ce genre de calculs. Rien d'étonnant, dans ce cas, à ce que les calculs stratégiques interdépendants des uns et des autres aboutissent à une sorte d'équilibre relatif. En tout cas, je pense qu'on a tort de surinterpréter politiquement ce qui se joue lors des scrutins internes. La politique est avant tout utn activité pratique.
  • Les commentateurs, toujours, spéculent (comme d'ailleurs depuis des mois) sur la possibilité d'une scission de l'UMP. Fillon aurait, dans son discours de concession ce soir, accrédité cette idée. Je n'ai jamais cru, et je ne crois toujours pas, à l'hypothèse d'une scission nette de l'UMP, à la fois parce que les institutions survivent souvent aux aléas (le PS l'a bien montré depuis 2008 - même s'il est vrai que l'UMP n'a pas la même histoire et a des statuts plus personnalisés que ceux du PS ; mais les statuts sont aussi ce que la pratique en fait), et en raison des considérations que j'ai exposées plus haut : grosso modo, les désaccords idéologiques ne se sont pas exprimés suffisamment nettement pour que Fillon quitte l'UMP avec un nombre significatif de militants, d'autant que l'UDI de Borloo occupe déjà l'espace à gauche de l'UMP (enfin, à gauche... il y a aussi des gens à droite de l'UMP à l'UDI, comme jadis à l'UDF) . Fillon peut très bien profiter de la situation pour, par exemple, dealer avec Copé son soutien pour une candidature à la Mairie de Paris en 2014. En revanche, je crois beaucoup plus à la possibilité de départs de groupes, localement, de l'UMP, en fonction des contextes politiques locaux (et en particulier de la pression exercée par l'influence locale du FN). Le poids de l'UMP dans la droite s'affaiblira sans doute, mais je ne crois guère à un big bang. Enfin, en politique, on a toujours tort de faire des prévisions...

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet