#INISTGATE

Vous aurez peut-être déjà entendu parler de l’affaire Elsevier, cet éditeur scientifique qui est arrivé à faire se mettre en colère des mathématiciens (parmi d’autres). Aujourd’hui, c’est au tour de l’INIST d’être au centre d’une controverse qui, comme les autres, n’ira nulle part tant que les systèmes de publication (qui incluent les chercheurs eux-mêmes et les revues) ne sont pas réformés1.

Le problème avec l’INIST est très simple : lorsque je publie un texte à titre de militant associatif dans une revue en libre accès, je ne m’attends pas à ce que l’INIST le mette en vente2. C’est pourtant ce dont je me suis rendu compte récemment, ce qui m’a rappelé l’existence de leur service Refdoc, l’équivalent du Minitel pour la publication scientifique à l’heure d’Internet. L’INIST a confirmé par email mon droit d’opposition à une diffusion payante de mon texte — dont acte.

Voilà qui en dit long sur l’ambivalence des politiques nationales en matière d’accès scientifique, et sur les errances du modèle dominant en matière de publication scientifique. Je ne sais pas par où il faut commencer pour décrire les problèmes du modèle actuel, mais plusieurs sont assez bien documentés : on entend ponctuellement parler des difficultés du peer review ou des biais de publication, par exemple.

Ces problèmes montrent bien que, sans s’y résumer, le problème du profit dans l’édition scientifique est aussi lié à celui de la fraude, ce qui devrait être une condition suffisante pour s’en soucier. Mais si la plupart des problèmes scientifiques ont cette double dimension éthique et internationale, celle qui concerne l’INIST est un enjeu hexagonal qui peut se résumer à une violation massive du droit moral des auteurs ne souhaitant pas que leurs textes fassent l’objet d’une diffusion commerciale3.

Le CNRS a été réformé à tort et à travers, mais apparemment pas de manière à sérieusement interroger certains de ses programmes ; en tout cas, je n’y vois pas de place pour un service de revente de textes scientifiques sans accord avec la communauté qui les produit.

  1. À noter aussi qu’une partie des agents réformateurs de ces systèmes est extérieure ou périphérique au champ scientifique. []
  2. J’ai vérifié entre-temps que l’éditeur de la revue n’avait rien signé avec l’INIST. []
  3. L’opposition à la commodification est aux origines de plusieurs mouvements “free” (software) ou “open” (source, access, science, data, knowledge, etc.), sans que ceux-ci s’y résument. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet