Réélection et cancer au Venezuela

Les dirigeants politiques dissimulent régulièrement leur état de santé pour des raisons stratégiques : il est apparemment plus difficile d'assumer un leadership partisan, électoral ou populaire lorsque l'on est officiellement malade. Le meilleur exemple reste Franklin Delano Roosevelt, qui ne se laissa photographier en chaise roulante qu'à de rares occasions. Il y a aussi motif à penser que les maladies des chefs d'État influent significativement sur certaines de leurs décisions.

Au Venezuela, Hugo Chavez a été réélu pour la troisième fois et entame sa treizième année de pouvoir. L'article qui apparaît en ce moment sur Libération est une reprise de la dépêche AFP du matin, et contient cet intéressant paragraphe, dans lequel je souligne une apposition assez optimiste sur l'état de santé du président :

L’ancien lieutenant-colonel, âgé de 58 ans, un temps affaibli par un cancer diagnostiqué en juin 2011, a encore bénéficié dimanche de l’appui des classes populaires, majoritaires parmi les 28,9 millions de Vénézuéliens, en raison notamment des nombreux programmes sociaux mis en place par son gouvernement.

Depuis son premier diagnostic présumé en juin 2011, Hugo Chavez, âgé de 58 ans, a soigneusement géré la façade publique de sa maladie. La tumeur pour laquelle il a reçu des soins à Cuba se situe apparemment au niveau du bassin osseux, ce qui laisse plusieurs possibilités pas forcément très faciles à communiquer en période électorale (notamment testicules, vessie et anus). Les taux de survie à cinq ans sont néanmoins élevés, voire très élevés, sur ces localisations, et Hugo Chavez a certainement reçu des soins chirurgicaux et chimiothérapeutiques de qualité supérieure.

On ne peut s'empêcher de remarquer le parallèle entre la gestion publique de la maladie d'Hugo Chavez et celle de François Mitterrand, qui avait aussi organisé un secret d'État autour de son cancer de la prostate.1 Son premier Premier ministre, Pierre Mauroy, était apparemment au courant depuis des plombes, mais les médias durent s'en tenir à des déclarations à rallonge qui ne contenaient pas de mention directe du cancer, dont le père de François Mitterrand est aussi décédé. La presse continue d'en parler de temps à autre.2

Le Venezuela connaît assez bien la mortalité par cancer : la “Miss Monde” du pays en est morte à l'âge de 28 ans, l'année du diagnostic de Chavez. Ce dernier est allé moins loin dans l'obfuscation que Mitterrand, allant même jusqu'à faire usage de son look post-chimiothérapie dans sa communication officielle. Il a certes changé la devise “Patria, socialismo o muerte” par quelque chose de moins mortifère. Je suppose que ça fera au moins un chef d'État qui se retiendra de faire des déclarations de type “tel problème est le cancer qui ronge notre pays” — généralement le chômage, la corruption ou l'abstention.3

D'autres exemples récents de cancer parmi les dirigeants politiques incluent Vaclav Havel, décédé d'un cancer du poumon en 2011, et Luiz Inacio Lula da Silva, qui avait immédiatement fait part de son diagnostic à la presse et qui se laisse suivre par les photographes pendant son traitement. Je n'ai donné que des exemples masculins (et il faudrait donner celui de Lance Armstrong, qui en a fait une cause mondiale), mais les cancers féminins chez les actrices et les stars de la télé-réalité ont une place au moins aussi importante dans l'espace public.

  1. Ronald Reagan a survécu à un cancer de la prostate dont il s'est fait opérer en 1985. Il a aussi survécu à une plaie par balle. []
  2. À noter que la maladie qui tua George Pompidou pendant son mandat était aussi un cancer, mais pas une tumeur solide. []
  3. Signe des temps, l'expression semble progressivement remplacer la référence à la gangrène. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet