Méthodes d’enquête : Fondapol vs. Fondamentaux

Très brièvement, je profite de cette vidéo affligeante qui pourrait s’intituler “devenir politologue en une leçon”, pour recommander cet ouvrage d’introduction à la méthodologie de l’enquête, autrement plus sérieux (via).

J’avais prévu un commentaire beaucoup plus cinglant sur la vidéo citée, mais je ne sais même pas par où commencer devant l’ampleur de la catastrophe. Il y a clairement des cours de méthodes (sinon plus) qui se perdent.

Disclaimer : les auteurs de l’ouvrage enseignent à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, où j’ai suivi ma propre formation auprès de plusieurs d’entre eux.


2 réflexions au sujet de « Méthodes d’enquête : Fondapol vs. Fondamentaux »

  1. Au moins, on ne peut pas reprocher à D. Reynié de ne pas être honnête! Il montre son arrière-boutique avec une candeur désarmante, mais, en même temps, on peut réinterpréter toute son approche comme un bricolage attentif aux signaux faibles, c’est-à-dire à ce qui va avoir (très éventuellement) de l’importance à l’avenir. Il y a effectivement un côté Pythie ou lecture des entrailles des animaux sacrifiés qui est bien peu scientifique, mais qui signale aussi une demande sociale qui lui est adressée. Imaginez un peu un expert (médiatique) comme lui, qui tiendrait un discours expliquant qu’on ne peut rien présumer de l’avenir! rien, mais vraiment rien!

    • Malhonnête est effectivement le dernier qualificatif que j’emploierais à son égard : exposer ses méthodes est tout à son honneur, même si je ne considère pas qu’il s’agit d’une méthode, et même si je reconnais que “l’ethnographie sauvage” est un moyen couramment employé par tout le monde pour se faire une impression de la réalité. La science, justement, est une opération de rupture avec ces impressions, si j’ai bien compris les premières pages du Métier de sociologue.

      L’autre manière de “sauver” temporairement cette approche consiste à dire que la méthode est (excusez la double négation) une rejet de l’hypothèse nulle H0: “il n’y a pas d’effet significatif”, car l’analyse part ici de l’hypothèse alternative Ha: “il y a un effet significatif”. J’ai moi-même suggéré sur ce blog que “H0” peut être un mauvais point de départ selon les circonstances. Ce qui est anti-scientifique, en revanche, c’est de conserver son hypothèse, déjà déraisonnable à l’origine (cf. son galimatias psychologisant), quand les faits ne donnent en plus aucune raison de penser qu’elle est juste. Les sondages ne mesurent pas ce qu’ils disent, mais ils mesurent quand même quelque chose de non-endogène, et l’effet Toulouse-Montauban n’y apparaît pas.

      Quel clash de titans entre la “méthode” des quotas, la “méthode” des grands-mères baladuriennes et les tableaux Insee… Ça donne le tournis. Peut-être avez-vous raison : tout cela est lié au carnet de commande de la Fondapol (après tout, Jacques Chirac s’est montré très sensible aux événements dont nous parlons, et personne n’est en droit de lui reprocher, encore moins à titre scientifique). C’est pour ça que je n’ai pas cité le nom de la personne dans mon billet, mais celui de son employeur. Le titre de “politologue” est devenu un signifiant flottant bien étrange, et je pense que notre discipline n’a pas fini d’en souffrir sur le plan scientifique.

Les commentaires sont fermés.