Quand Nicolas Sarkozy parle

Dans un régime politique où le pouvoir exécutif est nettement dominé par une seule figure politique, celle du président ou du premier ministre, tout ce qui touche au chef de l’État fait l’objet de très nombreux commentaires. Le “style présidentiel” est une notion qui revient très souvent dans les médias, mais aussi dans les opinions politiques : on apprécie, ou pas, le style de tel candidat à l’élection présidentielle, ou de tel président.

En France, le président de la République est au centre d’interrogations permanentes quant à sa manière de communiquer, sa manière de gouverner, mais aussi sa santé, ses humeurs, sa vie privée (ce qui rappelle de près ou de loin les régimes monarchiques et les interrogations de la cour ; l’ouvrage de Marc Abélès, Anthropologie de l’État, le montre très bien à partir d’une étude de gestes symboliques accomplis par François Mitterrand). Aux États-Unis, où l’histoire du pays ne contient pas de période monarchique ou impériale, la focalisation sur la personne du président est tout aussi visible.

Comment la science politique peut-elle saisir la réalité sous-jacente à ce que l’on désigne lorsque l’on évoque le “style” du président ? C’est une question très sérieuse dans la science politique américaine, où beaucoup de travaux (voire des revues) portent sur la personnalité présidentielle, dans la suite des travaux de Richard Neustadt dans les années 1960. Des recherches (de Fred Greenstein, Stephen Skowronek, Adam Sheingate et d’autres) ont depuis montré que ce regard ne permet pas de comprendre l’histoire des décisions publiques – le rôle du Congrès et celui de la Cour Suprême sont trop prégnants, et une combinaison des analyses de la personnalité présidentielle et des institutions politiques donne de meilleurs résultats.

En France, Nicolas Mariot et d’autres ont étudié la fonction présidentielle et les manières de l’habiter. Nicolas Mariot a notamment retracé l’utilisation d’un outil : le voyage présidentiel. Récemment, Paul Bacot a publié une petite note pour la revue qu’il dirige, Mots. Les langages du politique. Cette note de trois pages analyse la prise de parole de Nicolas Sarkozy pendant l’émission-fleuve où celui-ci s’est exprimé au sujet de la crise financière. Les intervieweurs principaux étaient David Pujadas et Laurence Ferrari.

Que remarque Paul Bacot ? Que les intervieweurs ne sont pas traités de manière identiques : Nicolas Sarkozy a en face de lui “Monsieur Pujadas” et “Laurence Ferrari”. Nicolas Sarkozy donne aussi du “Monsieur” deux autres journalistes masculins qui interviendront plus tard en cours d’émission, creusant l’écart de traitement entre Laurence Ferrari et ses collègues. La distinction, note Paul Bacot, est importante :

En les appelant différemment, notamment quand il s’adresse à eux, il leur assigne une identité de genre.

Dès lors, on pourrait se demander s’il s’adresse de façon aléatoire à l’un et à l’autre durant sa prestation, ou bien s’il choisit son interlocuteur en fonction de ce dont il traite. Une telle attribution de rôles distincts pourrait être mise en relation avec le fait que Nicolas Sarkozy ne leur parle pas de la même façon – mais sans que cela puisse en quoi que ce soit expliquer le choix de chacune des deux modalités d’adresse1.

L’auteur fait attention à ne pas imputer ces adresses différentes à un autre facteur que le président de la République lui-même2.

Paul Bacot, comme Nicolas Mariot, procèdent à des objectivations de données extraites du monde réel, et sur lesquelles ils opèrent des calculs, des visualisations (les cartes chez Nicolas Mariot), et des interprétations. Leurs données forment des séries : statistiques, géographiques, historiques. Il est possible d’arriver à des conclusions significatives sur le plan scientifique, même lorsque l’on part de données très peu tangibles3, et déjà investies par les intellectuels (les “préposés aux choses vagues”, disait Paul Valéry) ou les journalistes. Il faut être assez prudent, mais les exemples ci-dessus montrent que, lorsque Nicolas Sarkozy parle, les scientifiques écoutent… mais pas de n’importe quelle manière.

À consulter

  1. Mon emphase. []
  2. Ce faisant, Paul Bacot “contrôle” son observation, ce que les scientifiques font tout le temps, les journalistes presque jamais – en général, l’information journalistique est simplement recoupée : deux avis convergents et l’appréciation du journaliste suffisent (je caricature sans volonté de provocation ; quoique…). Le contrôle est un aspect essentiel de l’analyse scientifique. Ce matin, un journaliste de France Info annonçait que les fraudes à la Sécurité sociale était en forte hausse, or la suite de son reportage montrait simplement que la traque des fraudeurs était le seul facteur à avoir varié (en hausse), ce qui ne permet pas de conclure que les fraudes augmentent ; simplement, quand on les “cherche” mieux, on les “voit” mieux. Le même biais statistique (ignorance du base rate) peut expliquer la recrudescence des incivilités (augmentation du dépôt de plainte), des vols de téléphone portable (augmentation du nombre absolu de portables), ou des cancers (dépistage plus efficace). []
  3. Betrand Russell a écrit quelque part (j’ai perdu la référence) que, pour un scientifique, partir d’une question claire était nécessaire mais généralement impossible d’entrée de jeu, et que la construction d’une question précise était un résultat du travail scientifique. []

6 réflexions au sujet de « Quand Nicolas Sarkozy parle »

  1. Ping : Boîte noire – Révolution culturelle

  2. Ping : Petit rappel « Science politique en ligne

  3. Cet article aurait pu être intéressant. Mais le caractère purement micro-anecdotique est un peu décevant.

    Ensuite, un conseil, il faut aller plus vite à l’essentiel. Combien de paragraphes avant d’aborder le coeur du billet… ? Ce n’est pas une thèse.

    Sinon, il y a des sujets bien plus intéressant que la fixation pathologique sur ceci ou cela en rapport avec la personne / le style de Nicolas Sarkozy.

    Je reviens bientôt avec une liste de sujets intéressants pour vous.

  4. Merci pour votre commentaire ! C’est peut-être un peu masochiste, mais j’étais très content de trouver votre réaction acide à ma note.

    Vous avez raison, c’est un peu micro-anecdotique (on ne choisit pas vraiment la « taille » de l’argument découvert) et c’est écrit avec les circonvolutions habituelles du thésard un peu obsessif-paranoïaque (mais je me soigne).

    En revanche, sur le thème même de la note, je ne peux pas vraiment prendre votre remarque en compte : évidemment qu’il y a des sujets plus ou moins intéressants, mais c’est purement subjectif. J’attends la liste de sujets passionnants avec grande impatience !

  5. Merci de votre réponse sympa.

    Je suis tout de même très amusé par cette passion française pour le combat contre / la dénonciation du style / de la personalité de Nicolas Sarkozy.

    Parmi les sujets passionant que des jeunes gens intelligents comme vous peuvent aborder dans un blog sympathique comme celui-ci:

    – une petite analyse du discours des « anti » et « contre » dans le paysage politique français. Par exemple, analyser les thèmes récurrents des anti-réformes en tout genre (anti-réforme de la justice, anti-réforme de l’éducation, anti-réformes de l’université, anti-réformes des régions / départements, etc). Quels sont les thèmes récurrents des discours contre la réforme (sauvegarde du service public, contre la « casse », pour la protection de l’emploi, etc) ? Quels sont les thèmes qui s’apparentent à de possibles clichés ? Quelle est la part du fantasme et de l’idéologie dans le discours contre la réforme ? Quel est le rôle sous-jacent joué par les partis de gauche et d’extrême gauche ?

    – une analyse plus spécifique du discours et du positionnement des chercheurs français contre la réforme actuelle. Mythes et réalités. Et surtout, comment leurs discours réagissent lorsqu’ils sont « comparés » à différentes réalités internationales ?

    – le cas Rachida Dati: elle a eu droit à un documentaire visant à dénoncer son « arrivisme », son utilisation du réseau, etc, pour réussir. Question: dans quelle mesure en France, les parcours atypiques en politique (c’est à dire hors ENA, fonctionnariat, fils de et fille de) sont-il tolérés ? En quoi Rachida Dati a-t-elle fait preuve de plus d’arrivisme et d’utilisation du réseau qu’une Enarque comme Segolène Royale ou qu’une « fille de son père » comme Martine Aubry? N’y a-t-il un acharnement des journalistes, supportés par la gauche et ses extrêmes, qui consiste à dénoncer ce qui relève de la dynamique de l’entrepreneur, du self made woman, dans le cas de Rachida ?

    – « So far, teachers’ unions have resisted the idea of pay for performance, in part because it could be disbursed at the whim of a principal. The unions also argue — rightfully, I think — that most school districts rely on test scores to measure teacher performance, and that test scores may be highly dependent on factors beyond any teacher’s control (…). But these aren’t insoluble problems. Working with teachers’ unions, states and school districts can develop better measures of assessing performance, ones that combine test data with a system of peer review (…). And we can make sure that nonperforming teachers no longer handicap children who want to learn. »
    From The Audacity of Hope, Obama, p.163 (paperback copy).
    A la lumière du paragraphe ci-dessus, qui concerne l’éducation aux USA, veuillez discuter dans quelle mesure l’incompétence de certains professeurs peut avoir un impact – parmi d’autres facteurs évidemment – sur la baisse du niveau scolaire en France (cf. enquête Pisa) ? Comment mieux évaluer l’éducation en France ?

    Voilà, comme promis, quelques sujets passionnants pour vous tenir occupés…
    Bien à vous

  6. Merci pour la liste, on y pensera pour les prochains billets ! (D’autres thèmes seront évidemment considérés, et je n’ai pas trop d’idées sur Rachida Dati, mais les autres thèmes sont tout à fait éligibles.)

Les commentaires sont fermés.