Contemporary Political Analysis 2011

Le département de science politique où j’enseigne a eu la bonne idée de créer un cours de « science politique en langue anglaise », comme l’indiquait son intitulé initial sans plus de précision. Les deux premières séances du cours, qui s’appelle désormais « Contemporary Political Analysis » faute de mieux, ont eu lieu hier. Le public est composé d’étudiants en première année de Master de science politique.

Les textes

J’ai pris beaucoup de plaisir à rédiger le plan du cours. Un ami qui enseigne sa première conférence de science politique à Sciences Po Grenoble était lui aussi en train de rédiger son plan de cours le mois dernier ; nous avons tous les deux choisi ce texte génial de Charles Tilly, « La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé » (moi dans sa version originale, lui dans sa traduction française).

Le reste des textes a quelques propriétés intéressantes, qui ne me sont apparues qu’après-coup. Essayez par exemple de deviner les nationalités des auteurs sélectionnés, et quelque chose devrait vous marquer : l’équilibre entre les auteurs européens continentaux et nord-américains n’est pas important. Ce qui ressort vraiment, c’est la présence écrasante des immigrés, de longue date ou pas.

Est-ce explicable par l’idée qu’il existe, dans les faits, une sorte de science politique occidentale mais transnationale, composée de chercheurs ayant choisi de « structurer [leur] vie de manière comparative », comme le disait Philippe Schmitter dans son entretien pour l’ouvrage de Munck et Snyder ? C’est en tout cas l’impression que me laisse mes propres choix.

En ce qui concerne les approches, la comparaison et l’institutionnalisme historique sont bien représentés dans les textes, mais je pense pouvoir dire que l’ensemble est beaucoup plus éclectique. Pour ne prendre qu’un exemple, les auteurs des textes qui insistent le plus sur les choix des agents sont Carles Boix, Adrienne Héritier ou encore Diego Gambetta, mais les rassembler sous une étiquette serait absurde.

Je n’ai pas regardé précisément l’éventail disciplinaire des auteurs, mais il y a beaucoup, beaucoup de science politique, avec de la sociologie et de l’histoire, et deux philosophes (Max Horkheimer et Théodore Adorno). L’économie n’est présente que de manière latente, dans la terminologie, les approches et les thèmes de recherche. Le sociologue Frank Dobbin est le seul auteur apparaissant deux fois.

Les étudiants

Une douzaine d’étudiants, soit environ un quart des effectifs du Master 1, a choisi de suivre le cours, qui est optionnel—en réalité un peu moins d’un quart, mais la présence de deux auditeurs libres confirme qu’il y a une demande pour ce type d’enseignement, qui a également suscité quelques curiosités dans les bureaux. C’est un peu comme si l’on m’avait demandé de faire une mixtape de la discipline.

Le biais de sélection est évident et il faudra confirmer l’observation, mais le feedback en cours montre que le niveau de langue moyen chez les étudiants est suffisant pour leur permettre de comprendre, et même de participer, au cours. J’ai toujours pensé que le téléchargement des séries télévisées américaines, massivement pratiqué, aurait des effets culturels et scientifiques positifs sur le long terme.

La première séance portait sur les caractéristiques fondamentales de l’entreprise scientifique, sur la notion de concept et sur les hiérarchies conceptuelles, dont fait partie l’échelle d’abstraction de Giovanni Sartori. Pour aider à la compréhension, j’ai décidé de distribuer quelques notes écrites (succinctes et personnelles) sur les textes en début de cours, et d’en présenter les aspects essentiels à l’oral.

J’attends, encore une fois, d’avoir plusieurs séances derrière moi pour confirmer ces premières observations, mais je pense que tout se passe bien pour le moment, alors que je ne fais presque aucun « cadeau » pédagogique. Sur la forme, par exemple, je parle uniquement en anglais, sans traduction, assez vite de surcroît mais en répétant et en donnant souvent des synonymes.

Sur le fond également, les textes sont « sans concession ». L’ouvrage qui fait office de manuel pour le cours a été produit à l’Institut Universitaire Européen de Florence pour des étudiants en formation doctorale (M2R/D). Je reprends tout à l’oral, en illustrant énormément au tableau : pour la conceptualisation, il était question de terrorisme suicide, de démocratie et de partis de masse.

La suite

J’ai encore quelques coquilles à corriger dans le plan du cours, qui contient aussi deux ou trois petites excentricités—j’ai pleinement profité du fait que la commande pédagogique soit un réel exercice de freestyle académique. J’ai aussi quelques regrets sur la sélection des textes, n’ayant que dix séances, avec un seul regret sérieux : The Passions and the Interests, d’Albert Hirschman.

Les remerciements mentionnent un statisticien, Cosma Shalizi, et un épistémologue, Daniel Little (qui n’ont pas été consultés). Le collègue précédemment cité est aussi mentionné, de même qu’un commentateur régulier du bistro, que j’ai (presque) raté lors de mon dernier passage à Grenoble. J’aurais au moins deux autres personnes à remercier dans les semaines qui arrivent.


4 réflexions au sujet de « Contemporary Political Analysis 2011 »

  1. Bonjour.

    J’aime beaucoup le plan de votre cours et votre facon d’organiser les choses en général. J’essaie de faire évoluer ma facon d’enseigner dans la même direction (j’enseigne l’histoire contemporaine en anglais). J’espère que vous me pardonnerez de vous demander un peu plus de détails.

    En particulier, comment s’organisent les séances? Vous développez les idées présentées dans les textes? Y-a-t-il une interactivité avec les étudiants? Vous leur donnez du temps pour commenter eux-mêmes les textes, poser des questions, développer leur approche? Comment estimez-vous leur « participation »? Quel genre de travaux écrits attendez-vous d’eux?

    Les travaux écrits sont-ils en anglais, et quel niveau de langue attendez-vous d’eux? Est-ce que vous les aidez dans ce domaine? J’ai réussi pour ma part à organiser un atelier de correction d’essais avec un prof de langue, qui les a beaucoup aidé. J’ai aussi insisté auprès d’eux sur le fait que je n’utiliserai pas leur niveau de langue pour baisser leur note, mais que j’attendais d’eux un texte compréhensible et organisé. Ils ont la possibilité de me donner leur texte pour une première appréciation. La plupart arrive à se faire comprendre et à suivre, bien qu’aucun d’entre eux ne soit anglophone « natif ». Ne l’étant pas moi-même, malgre un niveau me permettant de publier et d’enseigner, je me vois mal relever chaque imperfection linguistique, aussi longtemps que leur anglais écrit est compréhensible et leur texte raisonnablement structuré.

    Quant aux séries américaines, vivant dans un pays où le sous-titrage est la règle, je ne peux qu’abonder dans votre sens.

    Merci d’avance!
    Louis.

    • Bonjour,

      Il y a deux séances hebdomadaires : (1) une séance d’une heure en salle, où je donne un premier exposé d’une heure environ basé un texte de la séance que je leur distribue sans demander de le lire ; (2) une séance de deux heures avec un second exposé sur le même modèle que le premier, puis un troisième et dernier exposé où cette fois-ci, le texte a été distribué et théoriquement lu par les étudiants.

      Le cours est donc organisé sous la forme de trois exposés basés sur les textes, avec la possibilité pour les étudiants d’intervenir à tout moment et avec un dernier exposé où la discussion est encore un peu plus ouverte (je les sollicite régulièrement en posant moi-même des questions). Je distribue mes propres notes de lecture pour faciliter la compréhension et la prise de notes.

      Le cours est techniquement un cours magistral ; avec cette formule, c’est une sorte d’atelier de lecture. En revanche, l’évaluation m’est imposée par le règlement universitaire : il s’agit d’un examen oral de dix minutes en fin de semestre (le plan du cours n’est pas à jour là-dessus). Les étudiants savent qu’il ne faut pas attendre l’examen pour s’exprimer : plusieurs d’entre eux se sont inscrits d’abord pour améliorer leur niveau de langue.

  2. Merci pour ces précisions. Je vois un peu mieux de quoi il est question. Je dois moi aussi jouer avec mon réglement, et je pense que je vais garder surtout l’idée d’un atelier de lecture. Des textes distribués avant la classe, qu’ils auront lu (en théorie). Cela me permettra dans mon exposé de partir du principe que les grandes lignes leur sont connus et que nous pouvons approfondir, illustrer, revenir sur un point, etc. Avec un examen classique à la fin, ou un essai à rédiger. Avec un groupe de la taille du mien, je devrais aussi pouvoir récompenser la participation directe, réponses à mes questions, etc.

    On va voir comment ca se met en place en septembre.

    Merci.
    Louis.

    • L’atelier de lecture basé sur trois textes, dont un seul discuté collectivement, est la seule option que je pouvais développer sans trop rompre avec la consigne du cours magistral. Le texte collectif n’est jamais trop long, pour éviter que les étudiants effectuent les habituels calculs idiots (free riding sur l’enseignant et le reste de la classe si le texte dépasse trente pages).

      On pourrait réécrire cette formule de cours sous forme de jeu à somme positive : mettons que mes gains personnels sont protégés aux deux tiers par les textes que je discute individuellement, et que pour le dernier tiers, mes gains sont améliorés par toute discussion collective. Il y a, comme pour vous, un incentive pour les étudiants à améliorer mes gains : ils améliorent les leurs dans le même temps.

      Malheureusement, je ne sais pas écrire ces jeux de manière formelle, c’est tout au plus si je comprends leur classification. Mais je pense qu’il serait extrêmement intéressant que j’apprenne à le faire pour en discuter avec les étudiants, histoire de leur montrer comment survivre à l’université quand on est enseignant-chercheur ou étudiant !

Les commentaires sont fermés.